mercredi 19 décembre 2018

Mes lecteurs ont la parole, Philippe Cohen !


Dans la série des interviews, voici le quinzième portrait de lecteur. Cette fois, je vous propose une immersion purement littéraire dans la vie et les loisirs d’un journaliste que j’ai eu la chance de rencontrer dans un but professionnel et avec qui j’ai lié amitié.


Explications des interviews
Bien entendu, le but n’était pas de tout faire tourner autour de moi, mais bien de découvrir vos préférences, vos goûts, vos habitudes de lecture… Pour mieux comprendre vos attentes, savoir qui vous êtes, j’ai fait suivre un questionnaire à quelques-uns d’entre vous.
Aujourd’hui, c’est Philippe Cohen qui vous explique sa passion pour les livres et à qui je cède immédiatement la parole.

LES LIVRES ET VOUS ■


1/ Pour planter le décor, merci de vous présenter.
La quarantaine, journaliste de presse locale, je m’intéresse à tout et par-dessus tout j’aime écouter les gens. J’aime aussi la nature à côté de chez soi. Courir ou simplement me promener et me laisser surprendre par la nature.

2/ Quel style de lecteur êtes-vous ?
J’aime lire plusieurs livres en même temps. Des romans, des essais historiques, sur l’environnement (les arbres, les animaux de la forêt…) et des biographies, de Marilyn Monroe à Joseph Kessel. J’aime aussi relire des livres que je n’ai pas lus depuis 10 à 15 ans. C’est toujours une nouvelle découverte.

3/ Quels sont vos genres de lecture préférés ?
Cela évolue en fonction du temps et de l’humeur. En vacances, ce seront des polars et des livres d’aventures. Quand l’actualité est trop violente, j’opte pour des romans jeunesse comme Kipling, Jack London ou sur la nature, avec Giono, Pagnol. J’aime les essais : Écoutons la nature de Laurent Tillon, que je lis en ce moment, ou Les Chemins noirs de Sylvain Tesson.

4/ Comment choisissez-vous vos livres ? Vous arrive-t-il de suivre des conseils de lecture ?
C’est le résumé avant la couverture qui pose le décor et me donne envie de plonger dans un livre. Oui pour les conseils de lecture, avec le site Babelio qui est pas mal et qui laisse la parole aux lecteurs. Il y a des avis, des extraits pour se faire rapidement une idée du livre.

5/ Vous êtes plutôt numérique ou papier ? Pourquoi ?
Quand je suis chez moi, c’est le papier qui l’emporte, car j’aime voir le livre se froisser. En vacances, c’est uniquement en numérique et je lis sur mon portable.

6/ Où achetez-vous vos livres, en général ?
Dans les librairies pour le plaisir de parcourir les rayonnages, mais quand je ne le trouve pas tout de suite, je commande alors sur le net.

7/ Combien de livres possédez-vous et quel est celui que vous pouvez relire sans jamais vous lasser ?
Beaucoup et j’en perds encore plus, ce qui m’oblige à en racheter ! Et souvent, c’est à ce moment-là que je retrouve le livre que je cherchais !


8/ Quel est le TOP 3 de vos auteurs préférés, français et/ou étranger ?
Jack London, car j’ai grandi avec Croc Blanc et l’Appel de la forêt. Selma Langerlof, pour Le merveilleux voyage de Nils Holgersson, à travers la Suède. C’était destiné aux écoliers suédois pour découvrir leur pays et c’est devenu un classique de la littérature jeunesse. Enfin, Gabriel Garcia Marquez pour Cent ans de solitude. C’est l’histoire d’une famille sur plusieurs générations où le surnaturel surgit dans la vie quotidienne.

VOUS ET MOI ■

9/ Comment et par quel titre m’avez-vous découvert ?
À Rambouillet, quand Gilles a franchi la porte de l’agence de mon journal, j’ai senti que c’était quelqu’un de bien. Puis à la lecture du roman L’affaire Aurore S. que j’ai lu presque d’une traite.

10/ Dans mes romans, lequel a votre préférence 
Les Moissons perdues ! Il y a l’Histoire, de l’aventure, des rebondissements et une histoire d’amour, avec l’impression de sentir la terre, d’être proche des personnages… tout y est ! On ne l’oublie pas. C’est ce qui fait la force d’une lecture.

11/ Dans quel genre aimeriez-vous me voir écrire ?
Des romans dans un cadre naturel, où la nature sauvage aurait encore plus d’importance, avec des ours, des loups, à la manière de Jack London, car je sais que Gilles est un grand connaisseur de la nature. Sinon, pourquoi pas de la science-fiction où le surnaturel pourrait ouvrir de nouvelles possibilités à son imagination débordante ?

12/ Expliquer ce qui vous plaît le plus dans mon écriture ? Idem, quel est mon plus gros défaut d’écriture ?
L’élan dès les premières pages, une énergie transmise aux personnages, la capacité à se renouveler, la force de l’imagination, la capacité à surprendre le lecteur… Gilles n’oublie pas qu’un bon roman est d’abord une belle histoire comme une grande chanson, une belle mélodie.

13/ J’écris dans 4 genres bien distincts : érotisme, historique, polar/thriller, aventures. Merci de les classer dans l’ordre de vos préférences.
1 : aventures
2 : polar
3 : historique
4 : érotisme
Et parfois les quatre genres peuvent s’entremêler chez l’auteur qui les maîtrise tous.

MINI PORTRAIT CHINOIS ■

14/ Si vous étiez un livre ?
Un Cœur simple de Flaubert (L’ode à une vie simple en Normandie) parfois et Moby Dick de Melville (Un roman au souffle biblique dans les mers à la recherche de la baleine blanche) d’autres fois.

15/ Si vous étiez un auteur ?
J’aime bien l’humilité chez les auteurs. La capacité aussi à être dans le roman comme dans la vraie vie. Gilles a cette approche d’être dans ses romans comme dans la vraie vie, proche de ses lecteurs. Il est capable de prendre le temps d’échanger avec eux autour d’un café dans un bar de Rambouillet… par exemple !

16/ Si vous pouviez réaliser votre plus grand rêve de lecteur, quel serait-il ?
Avoir du temps pour lire davantage.

17/ Si vous étiez le héros de l’un de mes romans, lequel serait-il ?
Si j’étais un héros, j’aime tous ces hommes qui ont le sens de l’honneur dans les romans de Gilles, comme Greg dans l’Affaire Aurore S. Mais j’ai une préférence pour les personnages féminins à l’image de la policière, Sandrine Werner, dans l’Affaire Aurore S.

VOTRE CONCLUSION

Merci pour cette petite pause lecture et ce partage avec tes lecteurs. Amitiés.

■ ■ ■

Mon commentaire de fin
En lisant tes réponses, je ne suis pas étonné d’avoir si rapidement sympathisé avec toi. En considérant les auteurs que tu cites, je peux te dire que nous avons globalement les mêmes coups de cœur ! Rudyard Kipling et Jack London… excusez du peu ! Combien de fois les ai-je relus ces deux-là, je ne saurai le dire, mais à mon avis ce sont des lectures qui devraient être obligatoires pour tous.
Par contre, si j’ai aimé Melville et Moby Dick (Savais-tu qu’avant d’être écrivain, Melville était un vrai pêcheur harponneur ? Ça m’a toujours épaté !), je suis moins fan de Flaubert. Hum… sans doute les réminiscences inavouées - ou inavouables - de mon (très) lointain cursus scolaire (section A5, pour les connaisseurs !).
Quant à Pagnol, peuchère ! Eh, fada ! Tu sais que tu parles de ma région (presque) d’origine ? J’ai lâché un gros soupir nostalgique… Les cigales, la garrigue, les Alpes, le ciel bleu, la douceur de vivre… Tu m’as tué, là ! Mais un grand merci tout de même (sourire).
Ravi aussi  de revoir Les moissons perdues dans tes choix. Finalement, Julien de Saint compte de nombreux fans et crois bien que ça me fait plaisir. J’ai apprécié aussi ta suggestion d’écriture dans un cadre naturel. Cela étant, j’ai écrit Terre des Loups qui est un hommage à la nature, à la faune et aux Amérindiens, sous forme de thriller contemporain. Si tu ne l’as pas lu, je te le conseille ! Je note ton choix pour Sandrine Werner de L’affaire Aurore S. et à l’époque de la sortie du roman, c’est un personnage qui avait été beaucoup apprécié.
Pour conclure, merci pour tes compliments qui m’ont énormément touché et pour le temps que tu as consacré à cette interview. C’est très gentil, car je sais que tu es très occupé en cette fin d’année, reportages obligent…

Excellente journée !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.