samedi 31 août 2013

Google Plus, à quoi ça sert ?!



Je vous en ai déjà parlé plusieurs fois et si j’insiste un peu plus cette fois, c’est pour évoquer l’importance de ce nouveau réseau social.
Il y aura toujours des détracteurs, c’est bien, et je respecte complètement ce choix. Cela dit, Google est aujourd’hui devenu incontournable.
Il n’y a qu’à voir les chiffres ci-dessous (en répartition de recherches, chiffres France) :
— Google : 94 %
— Yahoo : 2 %
— Bing : 2 %
— Ask Network : 1 %
— Orange Search : 1 %
Et vous aurez une idée du marché français dans ce domaine. Au niveau mondial, la part tombe à 65,2 % et aucun des autres moteurs n’atteint la barre des 10 % ! Alors les querelles de clochers, je laisse cela à ceux qui ont le temps de mener des batailles d’arrière-garde, perdues d’avance. Personnellement, je préfère m’inscrire dans la mouvance afin de ne pas laisser passer le bon train.


Pourquoi Google Plus ?
Après Facebook, Twitter et d’autres, Google a lancé son propre réseau social qui a pris pour nom Google Plus. L’avantage est de pouvoir se constituer des cercles de personnes afin de personnaliser les publications et de les réserver à tel ou tel individu ou groupe d’individus. La partage public est bien entendu un gage de diffusion plus importante. Je vous laisse découvrir deux excellents articles sur le sujet afin d’en savoir plus.

Quel est l’intérêt général ?
Il est tout simple, c’est de promouvoir quelque chose sur le web, plus rapidement. Par exemple, un article qui reçoit plusieurs clics sur l’icône G+1 sera plus diffusé car reconnu plus intéressant par le moteur de recherches lui-même.
De plus, le décompte des points G+1 est retenu par Google dans son fameux algorithme de référencement. Je vous rappelle que le référencement est ce qui permet de vous retrouver dans les meilleures places des résultats d’une requête donnée. Mieux vous êtes référencé, plus facilement vous serez retrouvé sur internet !

L’intérêt pour un blog d’auteur comme celui-ci ?
Soyons clairs, plus un blog d’auteur reçoit de visiteurs, plus l’auteur sera connu. Dire le contraire serait hypocrite !
Ainsi, dans la colonne de droite, tout en haut, vous avez le logo Google Plus via le bouton G+1 et une bulle à droite contenant un chiffre. Ce nombre indique combien de personnes trouvent le blog intéressant à suivre. Un petit clic dessus ne vous coûtera rien, ne vous prendra qu’un dixième de seconde et c’est un point de plus pour le blog. Merci aux âmes généreuses !
De même, dans la colonne de gauche, vous pouvez vous inscrire pour suivre ce blog et être informé des articles au fur et à mesure, si vous-même êtes membre de Google Plus. Il suffit de cliquer, encore une fois...

Pour finir, observez chaque article, tout en bas, en fin de message. Vous trouverez quatre icônes distinctes qui sont, de gauche à droite :
— Partage par email
— Partage par Blogger
— Partage par Twitter
— Partage par Facebook
et enfin, séparé des autres :
— le fameux bouton G+1
Vous pouvez partager les articles que vous estimez intéressants ainsi que leur attribuer un G+1, ce qui me rendra un grand service.

Vous savez tout ou presque. Merci pour votre fidélité et votre soutien. Ces gestes simples qui ne vous prennent pas de temps et sont gratuits, seraient une aide fort bienvenue. Étant donné que vous êtes une bonne centaine à venir quotidiennement sur ce blog, je compte sur vous et vos clics sur Google Plus !


Belle journée à tous et bon début de week-end,
Amitiés littéraires.

vendredi 30 août 2013

Bilan estival pour bien préparer la rentrée littéraire !



En ce 30 août, j’avais envie de dresser un bilan estival intermédiaire. Pour l’analyse de l’année, rendez-vous en décembre car il beaucoup d’autres projets vont voir le jour dans les mois qui suivent.

JUILLET
Ce mois a été principalement consacré aux corrections, c’est un premier constat. Étant donné le nombre de manuscrits proposés, à un moment donné, il faut savoir prendre le temps de revenir sur les textes, les corriger, les remanier et faire tout ce qu’il faut pour que ceux-ci deviennent publiables.
Les publications
La nouvelle La double surprise (Éd. Harlequin – HQN) est sortie et depuis, elle caracole toujours dans les vingt premières places des classements. J’en suis très heureux et je vous remercie. Ensuite, Les défis d’Angie (Éd. Harlequin – HQN) vous ont beaucoup plu. Cette série, éditée en juin, est toujours présente dans les meilleures ventes.
Travaux de préparation
Dans les travaux de préparation et d’écriture, plusieurs récits érotiques ont vu le jour et j’ai sélectionné une demi-douzaine de nouvelles plus classiques (polar, historique, fantastique et contes provençaux) pour les soumettre en vue de parution après un gros travail de réécriture.
De même, un travail de correction a été effectué sur le recueil Destin de femmes, à paraître fin septembre (Éd. D. Leroy – Coll. E-ros), composé de trois nouvelles érotiques qui me tiennent à cœur.

AOÛT
Fin juillet et ce mois-ci, j’ai beaucoup travaillé sur ma stratégie de communication avec Twitter ou Book-Node. Un très bon contact a été pris avec un nouvel éditeur, sérieux et dynamique, VFB Éditions.
Les publications
Deux publications ont vu le jour. Tout d’abord, le recueil À corps et à crisd. D. Leroy – Coll. E-ros) sur le thème de la fessée érotique puis la compilation de mes quatre premières nouvelles érotiques publiées chez HQN.
Travaux de préparation
Tout d’abord, le recueil Karine (VFB Éditions) a été préparé et déjà lancé sur tous les réseaux pour une mise en vente le 2 septembre. Simultanément, j’ai achevé l’écriture de Africamorphose, mon dernier roman d’aventures qui, comme son titre l’indique, se déroule sur ce continent si magique que j’aime tant. Il est parti en lecture chez l’éditeur, donc un peu de patience avant de le voir arriver sur vos tablettes ! Et aujourd’hui, je mets en chantier le prochain roman (cf. rubrique Publications de ce blog).

Tout cela peut sembler important et pourtant, je ne me suis pas arrêté en si bon chemin ! J’avais encore beaucoup de choses à faire.
Penser et entretenir l’actualité sur le blog puis relayer sur Facebook, Twitter...
Répondre à tous ceux qui m’écrivent pour satisfaire leur curiosité...
Suivre de près les critiques et commentaires sur la toile...
Parcourir les forums où l’on parle de mes écrits sans toutefois y participer...
Prendre des contacts pour mener à bien des projets différents et sympathiques...
Réfléchir à mon avenir d’auteur et les orientations à prendre...
...Etc.

Et puis beaucoup d’autres choses dont je ne souhaite pas parler, car c’est encore trop tôt. Tout ce que je peux dire c’est que d’ici la fin de l’année, il y aura encore beaucoup de belles surprises et au minimum... quatre publications !

Au final, 55 jours ou presque sept cents heures de travail sur les deux mois passés !
La plage et la mer n’auront été que des vœux pieux et un bien douloureux sacrifice. Mais quand on désire ardemment parvenir à ses fins, les vacances sont tout simplement proscrites.


Je vous souhaite une très belle journée,
Amitiés littéraires.

jeudi 29 août 2013

La rubrique Publications a été mise à jour !



Vous me posez souvent la question sur le devenir de mes romans ou de mes nouvelles. Ceux qui me connaissent personnellement en savent un peu plus sur mes projets d’écriture. Simultanément, je mets régulièrement à jour les informations de la page Publications.
Tout en bas de cette page, si vous êtes un tant soit peu curieux, vous découvrirez les sections suivantes.
Les projets écrits et à l’étude
Les projets d’écriture
Dans la première, vous aurez régulièrement des infos sur mes romans actuellement écrits et achevés, en cours de lecture, en attente d’édition, etc. Dans la seconde partie, le roman qui sera prochainement mis en chantier.
Bien entendu, je ne dis pas tout et il n’y a qu’en suivant ce blog que vous serez tenu informé des publications diverses. En attendant, cela vous donnera une petite idée !

Rubrique Publications : http://www.milovaceri.com/p/blog-page.html

Bonne soirée,
Amitiés littéraires.

Et la promotion d'un livre, qu'est-ce que c'est ?



Je vais commencer ce billet par une anecdote. Quand Victor Hugo publia Les misérables, en 1862, il expédia un télégramme à son éditeur avec ce seul signe « ? » et le jour même, l’éditeur, faisant de même, lui répondit « ! ».

Si cela peut faire sourire, nous sommes loin, très loin de ce genre d’anecdote entre l’auteur et son éditeur, dans une époque qui a vu surgir tous les nouveaux médias de communication.
Pour discuter avec pas mal d’auteurs qui débutent, une chose me fait souvent bondir. La plupart de ceux qui ont écrit un texte pensent que c’est suffisant et que le travail de l’auteur consiste à aligner des mots, les reprendre, les corriger et une fois le manuscrit remis à l’éditeur, le travail s’arrête là. En préambule, si vous pensez et agissez ainsi, alors changez de voie...

Il faut différencier les publications papier des numériques
Vous êtes édité en papier ? Vous devez alors organiser, avec votre éditeur, des séances de dédicaces et courir les librairies et autres points de vente. Et quand malheureusement, tout comme je le suis, vous habitez une région pauvre en ressources de ce type, il vous faudra vous battre avec d’autres armes et développer une autre stratégie.
Vous êtes le roi du numérique ? Super ! Mais vous ne serez pas exonéré pour autant de la promotion de vos ouvrages... Ne croyez pas que l’éditeur fera tout à votre place.

Pourquoi assurer un minimum de promotion pour ses livres ?
Eh bien, même si cela semble évident, je vais vous rappeler quelques règles en usage dans notre métier d’auteur et principalement deux notions qui, aux yeux des éditeurs, sont des conditions souvent sine qua non pour publier votre œuvre.
■ Les éditeurs attendent un minimum d’écoute, de suivi de leurs directives et enfin, le respect de leurs lignes éditoriales. Pour finir, ils souhaitent se constituer une écurie fidélisée d’auteurs et tentent de temps en temps d’en publier de nouveaux. Mais pas à n’importe quel prix ! Tout ce que vous avez déjà écrit et comment vous en aurez parlé sera vu, analysé et décortiqué avant de vous accueillir au sein d’une nouvelle maison.
■ Assurer un minimum de promotion d’un livre est vital pour l’auteur et ce sera votre meilleure carte de visite. Un éditeur est un vecteur économique et donc une société qui a besoin de revenus. S’ils investissent sur vous et votre texte, ils s’attendent aussi à un retour de votre part au travers d’une politique de communication minimum que vous piloterez souvent de concert avec eux.

Quels sont les bons outils alors pour promouvoir un livre ?
Je parlerai simplement de ceux que j’utilise et chacun est libre de faire ce qu’il veut, comme il l’entend et avec les moyens techniques qu’il maîtrise.
Le blog est une obligation, impossible d’y couper !
Être présent sur Facebook, une nécessité et pas seulement par votre page personnelle mais bien en créant et en animant une page publique.
Twitter est devenu aussi incontournable que le précédent. Sans doute moins aisé au début, il est un complément non négligeable aujourd’hui.
Les réseaux comme Book-Node sont aussi essentiels. Je vous redonne ci-après le lien vers un billet que ChocolatCannelle avait écrit sur le sujet. Lisez-le et mettez en pratique !
La liste est encore longue mais je pense que ces quelques pistes sont suffisantes et représentent un travail de fond énorme lorsqu’il est fait avec sérieux et un véritable suivi. Si vous espériez entrer dans le royaume des 35 heures en étant auteur, oubliez...

Je termine par deux conclusions qui devraient vous inciter à réfléchir sur la question de la promotion.
ChocolatCannelle vient d’écrire un billet important sur la promotion des livres numériques. Je vous invite à en prendre connaissance !
Enfin, je vous cite une phrase que j’ai bien retenue, émanant de l’une de mes directrices éditoriales.
« Un auteur qui ne suit pas mes conseils, mes demandes de correction et qui affirme ne pas avoir besoin de moi, c’est bien simple, je n’aurai pas besoin de ses prochains textes... »

Alors, un conseil, n’oubliez pas de faire votre promotion ! À méditer...

Excellente journée à tous,
Amitiés littéraires.