samedi 17 août 2013

Les différences de l'érotisme, de l'anglo-saxon au français !



Il y a longtemps que cela me taraudait d’écrire un billet sur l’érotisme et ses différences littéraires, à commencer par ce phénomène absurde et bien américain du mummy porn qui a fait tant de victimes.

Érotisme anglo-saxon
Quand l’Amérique puritaine se lance dans la littérature érotique, à quoi pouvions-nous nous attendre ? Eh bien à la trilogie Fifty shades of grey, signée par E. L. James, entre autre. Mais pas seulement. Les copies ont rapidement suivi et Sylvia Day a commis le Reflected in you, dans la même veine et beaucoup d’autres.
Les raisons du succès sont multiples mais... certainement pas littéraires ! L’éditeur de E. L. James a mis de gros moyens sur la table et organisé une super production hollywoodienne. Et tout le monde a plongé... Des milliers de blogs littéraires, des journalistes, des lecteurs arrosés d’exemplaires gratuits, d’articles résolument élogieux et on ne peut qu’en parler. Maintenant vont suivre un film, des clubs, des sites spécialisés, une ligne de sous-vêtements, des chaussures, etc.
Fifty shades ou quand l’écriture devient un produit marketing, appuyé sur une stratégie commerciale dynamique et reposant sur des investissements faramineux et internationaux.
Quand on sait que dans certains états américains, s’embrasser dans la rue peut vous rapporter une amende, cela laisse songeur !

Érotisme français
Pays des droits de l’homme avec une réputation sulfureuse, nous avons nos auteurs érotiques et je le dis franchement, bien meilleurs que tous ces auteurs américains pour qui un baiser et une main sur le genou sont déjà des actes sexuels.
L’amour à la française est bien connu, notre liberté sexuelle aussi, ainsi que nos origines latines. Tout est réuni pour que notre écurie d’auteurs érotiques soit des mieux pourvues. Et elle l’est ! Depuis des siècles, nos grands auteurs ont écrit des textes torrides et vous les avez certainement déjà lus : La Fontaine, Sade, etc. Aujourd’hui, notre pays compte de grands auteurs érotiques et leur production est certainement parmi les meilleures au monde, tout du moins, très loin devant un plat et banal Fifty shades.
Ne serait-ce que sur ce site, allez jeter un œil sur ma rubrique Blogs érotiques. Vous y trouverez des auteurs talentueux qui vous donneront de belles émotions en les lisant. Du sensuel doux au pornographique le plus hard, nos auteurs érotiques contemporains vous offriront les plus beaux textes que vous n’aurez jamais lus dans ce domaine.

La différence entre les deux ?
Elle est toute simple. C’est la même différence entre le dernier film américain et un film d’auteur français : Quelques millions de dollars cash ! Même si le second est meilleur que le premier, l’argent mis dans la campagne publicitaire fera toute la différence. Ce qui induit, bien entendu, que les médias suivront en premier lieu celui qui fait le plus de bruit, le buzz sur internet et par conséquent, le niveau littéraire régresse et se réduit à une malheureuse échelle financière. Point.
Heureusement, de plus en plus de lecteurs en France ne sont pas dupes de ces politiques commerciales, merci à eux !
Sans soutien des grands médias ou de l’administration culturelle, les auteurs français ne peuvent compter que sur leurs lecteurs, les critiques et les blogs littéraires indépendants pour survivre. Et fort heureusement, il reste une majorité de personnes qui réfléchit et évite de suivre le troupeau bêlant...

Et l’érotisme que j’écris ?
Pour terminer sur une note plus personnelle, je précise que je ne me considère pas comme un écrivain érotique accompli. Je ne suis qu’au début du chemin et j’avance peu à peu. Et je parle bien d’érotisme, je ne suis pas un auteur sensuel et encore moins pornographe. L’érotisme que je décris et que vous retrouverez dans mes nouvelles est complètement libéré, sans aucun tabou ni réserves, hormis une seule : la vulgarité.
Dans mes textes, si les sentiments amoureux ne sont jamais oubliés, je ne délaisse pas le sexe pur, les vrais fantasmes que nous faisons et dont nous ne parlons pas ou peu, les actes qui nous font tous vibrer.
À mes yeux, une scène d’amour hétéro a exactement la même valeur que deux hommes dans un lit ou deux femmes qui font l’amour, que l’échangisme ou la soumission, la domination, sans oublier une nuit folle à trois, quatre partenaires et plus encore, etc. Le sexe n’a rien de sale ou d’interdit tant qu’il s’agit d’adultes consentants. Et si les homophobes ne me lisent pas, je vous avoue que cela ne me dérange pas ! j’en serai même plutôt fier.
Bien sûr, j’ai des limites, comme chacun. Respect, tolérance, liberté sexuelle absolue, délires inimaginables et absence de vulgarité sont mes frontières personnelles.

En conclusion, pourquoi avoir écrit ce billet ?
Tout simplement pour avoir lu sur un blog une énième critique élogieuse de Fifty shades ! Je ne donnerai aucun nom, mais je pense que l’auteur de cette critique n’a pas encore découvert l’érotisme écrit et produit de ce côté de l’Atlantique.
Dans tous les cas, c’est bien dommage pour lui, pour notre littérature érotique et nos auteurs français, encore une fois mis sur la touche et complètement oubliés.

C’était mon coup de gueule du jour.

Je vous souhaite une très belle journée.
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.