vendredi 26 novembre 2021

Le tome XI des enquêtes de Gerfaut, LES GARDIENS DU TEMPLE, c'est aujourd'hui !

Le tome X, LA CITADELLE DES MAUDITS, est sorti le 25 septembre 2020 et trois mois après sa publication, c’était déjà un best-seller. Pour vous faire patienter, le hors-série, PAS DE SCANDALE !, a vu le jour en septembre 2021, mais je sais que vous attendiez tous l’enquête suivante. Aussi, j’ai l’immense plaisir de vous annoncer aujourd’hui, 26 novembre, la sortie du tome XI, LES GARDIENS DU TEMPLE. Pour partager un instant de joie, je vous signale que ce thriller est déjà entré dan le Top100 d’Amazon et dans le Top50 de Kobo. Merci à vous tous ! Pour en savoir plus, suivez le guide.

 

Cliquer pour agrandir

Quelques mots sur Les Gardiens du Temple

Fidèle à mes habitudes, j’ai procédé à de nombreuses recherches historiques pour écrire ce roman. Bien sûr, étant passionné par le sujet, je connaissais pas mal de détails sur les mystères entourant ces célèbres chevaliers, leur spoliation dramatique organisée par Philippe Le Bel ainsi que la multitude de légendes que leur disparition a engendrée. Les secrets, la quête du Graal, l’ésotérisme, de même que les délires de certains historiens, la part sombre de leur serment, le procès inique… tout m’a servi pour imaginer une intrigue autant différente qu’inédite. De même, j’ai planté mon décor dans des endroits que je connaissais bien, que ce soit au Proche-Orient comme en France, ajoutant encore des zones d’ombre au scénario.

En conclusion, je voulais innover et apporter ma propre thèse, résolument fictive, à toutes celles qui jalonnent déjà l’épopée de cet ordre, dont la parcours s’inscrit autant dans l’Histoire que dans les plus belles légendes. N’oubliez pas un dernier détail. Bien souvent, la réalité dépasse la fiction et rien ne dit que ce roman ne soit pas issu, quelque part, d’une vérité oubliée… ou perdue !

 



La série des enquêtes du commandant Gabriel Gerfaut

Cette série de thrillers ésotériques devenue culte a déjà conquis des dizaines de milliers de lectrices et de lecteurs. De nombreux sujets sont abordés dans les différents épisodes et chaque enquête peut se lire indépendamment des autres. Pour tout savoir sur cette saga, les romans qui la composent, mais aussi les prequels et autres nouvelles, lisez l’article toujours disponible en suivant le lien ci-dessous.

La série des Gerfaut : http://www.milovaceri.com/2020/09/les-enquetes-du-commandant-gabriel.html

 

LES GARDIENS DU TEMPLE

 


Les informations utiles

Sortie : 26 novembre

Genre : Thriller

Versions : Numérique & broché

■ Nombre de pages : 425

 

Liens d’achat

Amazon Kindle : https://www.amazon.fr/Gardiens-Temple-enquêtes-commandant-Gabriel-ebook/dp/B09GRTVSQG/

Amazon broché : https://www.amazon.fr/Gardiens-Temple-enquêtes-commandant-Gabriel/dp/2374539105/

Kobo : https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/les-gardiens-du-temple

Éditeur : https://www.editionsdu38.com/38-rue-du-polar/gilles-milo-vaceri/les-gardiens-du-temple/

 

Nota Bene : La version papier est disponible partout, en-dehors d’Amazon. Vous pourrez vous la procurer chez Cultura, la Fnac, les espaces culturels Leclerc et, bien entendu, chez votre librairie indépendante préférée. Attention ! Dans la plupart des cas, vous devrez commander votre livre. Un conseil ? N’hésitez pas à passer commande auprès de mon éditeur, vous serez servi rapidement.

 

Résumé

Juillet 2021 - Lac Tibériade

Sur un site du XIIe siècle, des archéologues israéliens découvrent deux salles secrètes, mais avant d’atteindre la seconde, un commando les neutralise et dérobe ce qui semblait être une découverte historique majeure.

Août 2021 - Perpignan

Deux cadavres, décapités à l’aide d’une épée, sont découverts. La Section de Recherches fait appel au commandant Gerfaut. D’autres victimes, un attentat et un parchemin en araméen orientent l’enquête vers une confrérie disparue. Quand un diplomate du Vatican et deux agents du Mossad sont égorgés, Gerfaut s’inquiète vraiment. Pourquoi des hommes d’origine si différentes se sont-ils entretués en France ? Que cherchent-ils ?

Dans l’ancien pays cathare, des fantômes oubliés rôdent dans l’ombre...

 

***

 


Réservé aux membres de mon groupe de lecteurs

Un nouveau Gerfaut, ça se fête et je suis certain que vous serez d’accord avec moi ! Je suis saturé de travail en ce moment, mais je pense que je mettrai en jeu un exemplaire broché et dédicacé. J’organiserai le concours pendant le mois de décembre, voire plus tard. Je vous ferai une communication dans le groupe.

Si vous n’êtes pas encore membre, c’est peut-être le moment de nous rejoindre ! C’est gratuit et vous aurez accès à des infos exclusives, des jeux, et je vous rassure tout de suite, on parle d’autres auteurs, de polars, de BD, de musique et le tout, dans une ambiance très sympa. Attention ! Pour être admis, vous DEVEZ répondre aux deux questions qui vous seront posées. Bien entendu, vous devez disposer d’un compte Facebook.

Groupe de lecteurs : https://www.facebook.com/groups/Groupe.Fans.GMV/

 

Excellente journée à toute et tous !

Amitiés littéraires.


lundi 15 novembre 2021

Ma journée au salon SANG POUR SANG POLAR !

Après une longue interruption à cause du Covid, j’ai enfin retrouvé le chemin des salons et des rencontres avec mes lecteurs. Le salon Sang pour sang polar est l’un des meilleurs que j’ai eu l’occasion de faire et je remercie les organisateurs pour cette belle journée. Allez, je vous raconte tout… ou presque ! C’est parti !

 



Du bien-fondé des salons spécialisés dans un genre littéraire

C’est une vérité indéniable, faire un salon qui s’est spécialisé dans un genre unique et en l’occurrence, le polar et le thriller, ça change toute la donne. On se retrouve entre auteurs ayant la même activité, mais surtout, on ne rencontre que des lecteurs assidus et vraiment fans de ce thème. Le résultat est sans appel, la journée devient très vite une réussite.

 

Cliquer pour agrandir

L’organisation du salon

Je tiens à remercier le comité d’organisation, les bénévoles et le service culturel de la mairie de Franqueville-Saint-Pierre. Très sincèrement, j’ai rarement connu de salons aussi bien gérés de A à Z et sans aucune faute. Côté communication, c’était parfait avec l’information bien relayée sur les réseaux sociaux, la presse écrite et la radio. Du café d’accueil, en passant par le déjeuner préparé par un traiteur et le suivi de la journée, aucune fausse note à relever et pourtant, j’ai la dent dure. La salle était magnifique, les stands bien disposés et personnalisés, aucune critique à faire, même en cherchant la petite bête. Même le vigile à l’entrée était très sympathique et souriant. Si vous êtes sur Facebook, n’hésitez pas  suivre la page.

Facebook : https://www.facebook.com/sangpoursangpolarfsp76520

 

Cliquer pour agrandir

Le problème du Covid

On le voit sur la photo, l’après-midi a été beaucoup plus calme que la matinée. Même si j’ai tiré mon épingle du jeu comme bien des collègues, nous avons tous senti la baisse de la fréquentation au fur et à mesure de la journée. L’organisateur n’était pas responsable et je ne formulerai aucune critique à leur encontre, mais je suppose que le pass sanitaire a rebuté plus d’un visiteur et c’est bien dommage. J’étais venu en visiteur à ce salon en 2019 et je peux vous dire qu’il fallait jouer des coudes pour se frayer un chemin dans la foule. Logique ! Ce salon est très bien réputé et attire tous les ans des centaines, pour ne pas dire des milliers, de passionnés du polar et du thriller. Cette épidémie aura causé bien des torts à tout le monde et ce beau salon en a partiellement fait les frais.

 


La librairie Colbert

La librairie Colbert, bien connue sur Rouen pour son efficacité et sa qualité de service, était donc présente pour assurer la logistique des ventes. J’ai donc fait leur connaissance sur place et j’avoue que j’ai été ravi de rencontrer de vrais passionnés du livre. Ils avaient un stand et géraient l’encaissement des livres dédicacés. En arrivant, j’ai fait un point avec eux et en fin de journée, ils ont relevé les ventes effectuées. C’est toujours rassurant de se sentir épaulé pour cet aspect financier ô combien important et si rébarbatif, que ce soit pour les organisateur et a fortiori, pour les auteurs. Un très grand merci à eux.

Librairie Colbert

1 place Colbert - 76130 Mont-Saint-Aignan

Site web : http://www.librairiecolbert.com/

Facebook : https://www.facebook.com/librairiecolbert

 

Ma journée, proprement dite

En ce qui me concerne, cette journée a été parfaite d’un bout à l’autre. Franchement, je me suis régalé et j’ai été ravi de retrouver des auteurs que je connaissais. D’ailleurs, j’étais installé à côté de mon ami, Romain R. Martin, un collègue que je connais depuis quelques années, d’un grand talent et d’une gentillesse extrême.

 

Cliquer pour agrandir

Après le café d’accueil… ou plutôt pour moi, LES cafés, je me suis installé et je n’ai pas eu longtemps à attendre. Quelques instants après l’ouverture, j’ai reçu de nombreuses lectrices et lecteurs dont certains de mon groupe de lecteurs. Quel bonheur de vous voir en vrai, de pouvoir discuter longuement et de faire ainsi connaissance. Je ne citerai pas tous les prénoms, mais vous m’avez fait un immense plaisir en venant me voir. J’ai aussi reçu la visite de Serial Lectrice avec qui j’ai pu parler un bon moment C’est génial de mettre un visage sur un pseudo et de constater en « vrai », la bonne humeur et la gentillesse de la personne.

 

Cliquer pour agrandir

Le repas du midi, géré par un traiteur local, a été somptueux et ça, avec mon expérience du genre, je peux vous dire que c’était franchement très rare.

Retour au poste après m’être secoué les neurones à l’aide d’un bon café… euh, plusieurs même. Encore quelques visites et peu à peu, la fréquentation a baissé. Je l’ai expliqué plus haut, mais cela n’a rien retiré à ma joie d’être présent, d’autant plus que j’avais déjà signé un bon nombre de livres. J’ai entendu quelques auteurs râler, cependant personne n’y pouvait rien et nous avons tous conservé le sourire face aux derniers visiteurs. Malgré tout, ma journée a aussi été embellie par la présence de ma femme qui est restée avec moi et qui a ainsi fait connaissance avec beaucoup d’entre vous. J’ai aussi eu la joie de voir mes beaux-parents (un très grand merci, Sophie et Claude), sans oublier ma chère Anaïs qui m’a fait la surprise de faire un détour, juste pour moi. Comment pourrais-je me plaindre ? Je n’ai eu que de grandes joies tout au long de ce salon !

Vers 17 h 30, devant l’absence de visiteurs, j’ai jugé bon de me retirer et de ranger le matériel. Le temps de saluer ceux que je connaissais et je suis rentré chez moi, très satisfait par cette belle journée.

Je tiens à remercier celles et ceux qui ont pris le temps de se déplacer en ce dimanche. Ça m’a vraiment beaucoup touché. Passons maintenant à la rencontre qui m’a le plus touché.

 

Mon gros coup de cœur de la journée !

Tenez-vous bien ! Hier, j’ai rencontré Sylvia et Julien, des lecteurs grands fans du commandant Gerfaut. Jusque-là, rien de surprenant me direz-vous. Certes ! En attendant, ils sont venus des Vosges et plus précisément de Contrexéville, spécialement pour l’occasion. Eh oui ! Si vous êtes auteur comme moi, vous devez pouvoir comprendre mon émotion. C’est bien la première fois que je rencontre des lecteurs capables de faire 500 kilomètres juste pour mes livres et moi. Imaginez à quel point j’ai pu être touché par une telle démarche. J’aurais bien aimé leur consacrer plus de temps, mais les visiteurs défilaient et je ne pouvais pas les négliger non plus.

Alors, chers Sylvia et Julien, je ne vous oublierai pas. J’ai bien reçu votre e-mail et je prendrai le temps d’y répondre, c’est promis. Je vous remercie du fond du cœur pour votre geste, vos sourires, ce temps passé avec vous et je n’espère qu’une chose, vous revoir prochainement.

Malheureusement, j’ai été stupide et je n’ai pas pensé à prendre une photo. C’est vous dire combien j’ai apprécié votre visite !

 

Conclusion

Sans pour sang polar restera comme l’un de mes meilleurs salons et je croise les doigts pour y être invité à nouveau lors des futures éditions. Je reviendrai avec un immense plaisir et la garantie que tout sera parfaitement organisé. Espérons aussi que cette fichue pandémie nous laissera en paix… mais ce n’est pas gagné.

Je rendrai visite à la librairie Colbert dans les prochaines semaines. Je leur proposerai une éventuelle séance de dédicaces, car j’ai vraiment apprécié leur savoir-faire et la gentillesse des libraires présents hier.

Enfin, je garde une leçon en tête. Ne plus demander à ma douce moitié de m’accompagner sous peine d’un « craquage livresque » bien prévisible et inévitable ! (rires)

Et une dernière fois, merci à mes lectrices, mes lecteurs, mes proches, ma famille et ma femme. Vous êtes tous le moteur principal qui me fait avancer et écrire pour vous de belles histoires, encore et encore.

 

Très belle journée à toute et tous !

Amitiés littéraires.

lundi 25 octobre 2021

Je serai en dédicace au salon SANG POUR SANG POLAR !

Ça faisait un bail et ma dernière dédicace s’était déroulé chez France Loisirs, dans la boutique de Rouen. Cette fois, je serai présent au salon Sang pour sang polar qui se tiendra près de Rouen, à Franqueville-Saint-Pierre. Pour avoir toutes les infos, suivez le guide !

 

Cliquer pour agrandir

Enfin, un salon littéraire orienté romans noirs

Vous n’imaginez pas ma joie de participer à un salon réservé aux polars et autres thrillers. De plus, selon mes sources, c’est une manifestation fort bien réputée et très bien organisée. Pour moi, ce sera une première fois et j’espère que vous viendrez nombreux.

 


Le lieu et la date

C’est le plus important ! Notez bien sur vos tablettes tout ce qui suit.

Le lieu

Espace Bourvil - 5 Rue Jacques Offenbach - 76520 Franqueville-Saint-Pierre

La date

Le dimanche 14 novembre - de 10 h à 18 h

 

Les informations importantes

○ Entrée gratuite

○ Pass sanitaire obligatoire

Facebook : https://www.facebook.com/sangpoursangpolarfsp76520

 


Sans libraire, difficile d’organiser un salon littéraire !

C’est la prestigieuse librairie Colbert, très connue sur la région rouennaise, qui sera présente aux côtés des auteurs pour assurer la logistique et les ventes. C’est déjà un excellent gage de sérieux pour l’organisation de ce salon.

Librairie Colbert

1 place Colbert - 76130 Mont-Saint-Aignan

Tél.: +33 2 32 10 84 84

Site web : http://www.librairiecolbert.com/

E-mail : colbert.librairie@gmail.com

Facebook : https://www.facebook.com/librairiecolbert

Twitter : https://twitter.com/lib_colbert

Instagram : https://www.instagram.com/librairiecolbert

 

Cliquer pour agrandir

Les livres que je vous présenterai

Comme vous pouvez le constater sur l’illustration, il y aura cinq romans que mes lecteurs habituels connaissent déjà très bien.

DIABOLICA

Une enquête effrayante à souhait qui vous emmènera dans le milieu de la sorcellerie.

TITANIC

Une vengeance et une chasse à l’homme, à bord du RMS Titanic. Naufrage compris…

Les enquêtes du commandant Gerfaut - Tome I - QUE SON RÈGNE VIENNE

La première enquête du célèbre commandant avec des meurtres barbares.

Les enquêtes du commandant Gerfaut - Tome II - LE MYSTÈRE LUX ET UMBRA

Une affaire difficile avec une loge maçonnique et un ennemi historique

Les enquêtes du commandant Gerfaut - Tome VI - LA LOUVE DE ROUEN

Des meurtres sordides et la cathédrale de Rouen en personnage secondaire…

 

Conclusion

Je suis ravi d’aller à la rencontre d’autres lecteurs potentiels ou de pouvoir discuter avec ceux que je connais déjà. C’est toujours un bonheur ! Je sais que ce salon est très fréquenté et j’espère vraiment y faire de belles rencontres. Venez nombreux, car pour le moment, il n’y aura pas d’autres dédicaces prévues avant l’année prochaine. C’est donc le moment ou jamais.

 

Très belle journée à toute et tous !

Amitiés littéraires.

mardi 19 octobre 2021

Écrire, oui, mais d'où vient l'inspiration ?

Cette question me revient très régulièrement, que ce soit en discutant avec un lecteur, lors d’une dédicace et le plus souvent en interview. Je me rends bien compte que ma réponse n’est pas toujours très claire. Alors, entre deux chapitres d’un roman que j’écris actuellement, j’ai décidé de me poser pour y répondre plus en profondeur. Le sujet est vaste et nébuleux aussi, n’attendez pas une recette miracle qui pourrait vous sortir du syndrome de la page blanche. Ce n’est pas le but de ce billet et ce que j’explique ci-dessous n’engage et ne concerne que mon expérience. Pour en savoir plus, suivez-moi dans mes réflexions.

 

Cliquer pour agrandir

En préambule, inné ou acquis ?

Attention ! Je parle bien d’inspiration, d’envie d’écrire et non d’un quelconque talent. Pour ma part, j’ai toujours eu envie d’écrire et ce, dès mon plus jeune âge. J’ai rédigé mes premiers poèmes et autres textes vers 9 ans, environ. Pour expliquer ce désir ardent qui m’habitait déjà, j’ai lu très tôt et dévoré des livres, y compris ceux qui n’étaient pas destinés au gamin que j’étais. Certains grands auteurs m’ont refilé le virus. Là, je pense à Jules Verne, Dumas, Saint-Exupéry, Kipling, Henri de Monfreid, Hemingway, Hugo, Jack London… Et du coup, est-ce la lecture qui m’a inspiré ou avais-je le virus dans le sang ? Eh bien, je ne sais pas répondre.

 

Faut-il définir l’inspiration ?

Si cela paraît évident à quelqu’un qui écrit, ça l’est peut-être moins pour une personne lambda. Ensuite, existe-t-il une ou plusieurs inspirations ? Avant de rentrer dans un débat plus philosophique que littéraire, je pense pourvoir dire que chaque auteur a son inspiration, cette petite voix dans la tête qui lui souffle des idées de scénario et qui lui permet d’inventer une histoire. En l’écrivant, je suis obligé de sourire, car si l’on parle de « petite voix dans la tête », on tombe direct dans le premier symptôme de la schizophrénie. Que nenni ! Les auteurs ne sont pas tous atteints d’une déficience psychiatrique, mais là encore, on peut avancer l’hypothèse que le cerveau d’un écrivain — ou de n’importe quel autre artiste — ne fonctionne pas comme celui des autres. On en tire une première définition assez curieuse…

« L’inspiration est un dysfonctionnement positif et artistique, plus ou moins actif, de certains esprits »

 


Ça vient de l’intérieur ou de l’extérieur ?

Eh bien, les deux, mon capitaine ! Non, je ne plaisante pas. Un auteur puise en lui l’idée, c’est son esprit créatif qui engendre l’intrigue, invente les personnages et qui relie le tout pour en faire un roman, quel que soit le genre littéraire. Mais pour cela, l’imaginaire doit être nourri, informé, alimenté par des ingrédients qui n’existent pas naturellement en soi. Il faut remplir le creuset de données pour que l’alchimie fonctionne et celles-ci sont obligatoirement extérieures. Je m’explique. Pour écrire un polar, il faut un minimum de connaissances sur le sujet, la maîtrise d’un vocabulaire précis et l’inspiration pourrait en découler facilement. Et pourtant non, c’est encore insuffisant. J’évoquais l’alchimie, car c’est le bon mot. Même avec les bons ingrédients, un creuset et la recette, c’est encore insuffisant. L’inspiration est une nébuleuse difficile à concevoir et encore plus à appréhender. Pour schématiser mon idée, je dirai donc que ça vient de l’extérieur, c’est stocké à l’intérieur dans la mémoire et restitué sous forme d’un texte. Pour que la magie soit opérante, elle nécessite une machine, une sorte de moulinette et c’est cet outil que j’appellerai inspiration.

 

D’om viennent ces « données » ?

C’est la base de l’inspiration et il y a une autre vérité qui en découle directement. Si la matière première existe, l’auteur ne peut pas souffrir du syndrome de la page blanche. La moulinette — ou l’inspiration — restera toujours féconde tant que le cerveau conservera un esprit ouvert au monde. Dans ce cas, quelles sont ces données ?

Je répondrai simplement que c’est la vie extérieure, dans sa globalité en général et certains éléments en particulier, en fonction de ce qu’écrit l’auteur. Pour moi, tout est sujet à intrigue ! Il me suffit de regarder les informations, de m’enivrer de documentaires pour sentir émerger en moi des dizaines de scénarios. Puis il y a un autre élément d’importance… l’expérience !

 

L'auteur... il y a (très) longtemps.

 

Oui, mais quelle expérience ?

Encore une fois, c’est un vaste domaine relativement compliqué. Comprenez bien qu’il n’y a pas de règles précises ni de ligne conductrice à suivre impérativement. À chacun sa vie ! N’oubliez pas non plus cette célèbre citation :

« L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte »

Enfant, j’ai décidé très tôt que j’aurai une vie différente. Entendez par là, une vie riche en aventures, pleine de voyages, de rencontres et de découvertes. Né dans un milieu ouvrier, pour mener à bien cet objectif, j’ai signé et me suis engagé dans l’armée. Je ne reviendrai pas sur cette période de ma vie en détail, mais l’expérience que j’en ai tirée m’a permis plus tard d’avoir de quoi écrire avec suffisamment de crédibilité.

Mon chemin de vie a été compliqué, très souvent périlleux, parsemé d’accidents, d’embûches et de désillusions. Je peux le dire, j’ai souffert et souvent craint pour ma vie, j’ai subi les peines de cœur, pleuré des amis tombés au feu et au-delà des conflits, en-dehors de l’armée, il y a eu les missions humanitaires. De celles-ci j’ai tiré mes plus grandes leçons de vie. Voir mourir un enfant vous change complètement et plus tard, quand vous écrivez des scènes dramatiques, les mots que vous employez viennent du plus profond de votre âme. Ils sonnent vrais, car c’est du vécu, aussi atroces soient-ils. Je le disais plus haut, j’ai voulu une vie différente et j’en ai payé le prix fort, cash et sans retours. Ce mode de vie m’a forgé un esprit différent et, pour moi, l’inspiration vient en grande partie de mes expériences passées, bonnes ou moins bonnes.

 


La curiosité ou la mobilisation des cinq sens !

Au-delà du chemin de vie, de l’expérience acquise, quelle qu’elle soit, il y a les rencontres et la curiosité naturelle que doit entretenir un auteur. Écouter un maître verrier vous parler des variations du bleu de Chartres… découvrir un fondeur de cloches à l’ancienne qui sait vous parler avec amour de ses moules de sable…regarder un maçon utiliser le fil à plomb pour vous expliquer comment il monte un mur… tout devient propice à l’inspiration pour un auteur digne de ce nom. Ça s’appelle la curiosité ou encore, l’ouverture d’esprit. On peut apprendre de tout et de n’importe qui, à commencer par la nature, les hommes et leur métier, les rencontres privilégiées… par ces dernières, j’évoque, par exemple, une discussion avec un magistrat ou un gendarme, quand vous écrivez des polars. Faire feu de tout bois pourrait être la devise des auteurs. Par conséquent, il faut toujours avoir tous les sens en alerte, apprendre et savoir écouter, avoir bonne mémoire, faire preuve d’humilité en toutes circonstances. Le monde autour de vous est votre nourriture, encore faut-il avoir suffisamment de sensibilité pour le comprendre et en extraire la meilleure des inspirations.

 

L’expérience, l’écoute et l’environnement, est-ce la seule solution ?

Je suis obligé de mettre un bémol à cette question. Pour moi, oui, pour d’autres qui sont des génies de l’écriture, non. Ainsi, je me souviens d’une jeune fille de 17 ans qui avait reçu les honneurs du 20 h sur TF1, signée par une grande maison d’édition. Je me souviens fort bien de mes 17 ans et je l’avoue sans honte, je n’aurais jamais pu écrire un roman capable d’attirer l’attention du monde éditorial. Donc, ipso facto, cette jeune fille est bien meilleure que moi, de toute évidence. Eh bien, oui… et non ! Quelques années plus tard, elle n’a toujours pas publié un second livre et j’en suis navré pour elle. D’un autre côté, il y a aussi ceux qui réussissent, sans expérience particulière. Tant mieux pour eux, mais encore faut-il durer. Ce n’est pas le premier roman qui est difficile, mais bien le second et les suivants. Comme quoi, l’inspiration est joueuse, sans règles et des plus infidèles !

 


Le cerveau d’un auteur est donc différent ?

Je le crois très sincèrement sans toutefois savoir m’expliquer de manière claire, concrète, voire scientifique. À ce jour, je n’ai pas connu la page blanche, mais qui dois-je remercier ? La chance ? Mon destin ? Mon esprit créatif ? Difficile à dire. Il m’est arrivé de me mettre en pause, car j’avais des soucis extérieurs et là, c’était carrément l’envie d’écrire qui n’était plus présente. C’est tout autre chose et fort heureusement, ça ne dure jamais bien longtemps.

Je pense que la différence est une évidence, une vérité acquise et irréfutable. Un auteur pense différemment, c’est quasiment obligatoire pour pouvoir espérer durer. Si l’inspiration est pratiquement indéfinissable, c’est une constante primordiale, aussi importante que le talent, la technique d’écriture et l’imaginaire d’un auteur. Sans elle, rien de possible et le plus fou, c’est qu’il est presque impossible d’en éclaircir les tenants et aboutissants.

 

L’inspiration, amie ou ennemie de l’auteur ?

C’est un point positif, bien entendu, mais en posant la question, je pensais à autre chose. Une inspiration bouillonnante, vraiment active permet à l’auteur d’écrire, encore et encore. Mais le mieux est l’ennemi du bien ! En effet, pour certaines maisons d’édition, un auteur qui écrit « trop » signifie obligatoirement qu’il écrit mal. Oui, je prêche pour ma paroisse, vous l’avez compris. Je ne dirai peut-être pas tous les jours, mais très régulièrement, j’ai des idées de romans, de séries, de nouvelles et là, il me faut une barrière, c’est impératif. Si je m’écoutais, je sortirai un roman tous les trois mois et si mes lecteurs fidèles seraient ravis, cela me desservirait plus qu’autre chose. C’est aussi ça, l’inspiration. Un pouvoir magique qu’il faut apprendre à maîtriser, à dominer pour s’en servir au mieux sans en devenir esclave, soumis et aveugle. Si vous ne le saviez pas, être auteur est un vrai métier qui s’apprend avec le temps. et pour bien circonscrire l’inspiration, il faut avoir trouvé la bonne éditrice. Et ça, c’est ma chance.

 

Pour finir, l’inspiration, ça s’apprend ou pas ?

C’est tellement subjectif que j’aurai tendance à dire non. Et pourtant, avec le temps, on peut l’acquérir et apprendre à la maîtriser comme d’autres outils nécessaires à la l’écriture. Après tout, un scénario, ça se construit, ça s’élabore, ça se travaille, d’abord sur le papier, en jetant des idées d’abord confuses qui deviendront claires par la suite. Le tout est d’avoir une idée de départ, c’est le minimum. Ensuite, l’intrigue peut s’établir en réfléchissant bien.

Je le reconnais, quand j’ai une idée pour un polar, j’ai toute l’histoire qui se construit toute seule dans ma tête. Est-ce une chance ou l’expérience qui me permet de le faire ? Je n’en sais rien. Pour moi, ça fonctionne comme ça et ce sera forcément différent chez un autre auteur.

 

La quête de l'inspiration

Conclusion

J’espère que vous cernez un peu mieux le problème. Pour un auteur, c’est très difficile d’expliquer d’où lui vient son inspiration et sa faculté à écrire des romans. J’ai tenté de le faire avec ce billet, sans savoir si je pourrai y parvenir. C’est assez long, et pourtant, ai-je transformé mon essai ? Je l’ignore. Cela dit, maintenant, vous comprenez mieux pourquoi je reste évasif quand on me pose la question. Le subjectif est difficile à décrire, sa compréhension et son explication restent improbables et il n’existe pas de définition générale qui conviendrait à tous les créatifs.

Après tout, le métier d’auteur n’est-il pas une passion ? Il y règne une espèce de magie à jouer avec les mots, à l’aide des 26 lettres de l’alphabet et de quelques bonnes idées. Alors, peut-on définir la magie ? La réponse vous appartient…

 

Excellente journée à toute et tous !

Amitiés littéraires.