samedi 7 mai 2022

Ça n'arrive pas qu'aux autres... la preuve !

J’espère très sincèrement que ce billet sera le premier et le dernier du genre ! Ce qui suit n’est pas une fiction, mais bien pour moi, le partage des 72 heures les plus angoissantes de ces dernières années.

 



La douleur ouvre le champ des possibles. Les pires, bien entendu.

Dans la nuit de dimanche à lundi, bien installé devant un documentaire intéressant, j’ai ressenti une pression sourde au niveau du cœur. C’est parti aussi vite que c’était venu et je n’y ai prêté aucune attention. Mais c’est revenu. Et c’est resté. Puis la gêne s’est faite lancinante, suffisamment agaçante pour m’empêcher de dormir. Sensation étrange et instinctive que quelque chose ne va pas. À l’aube, je sentais que j’étais en danger, sans oser me l’avouer. Et quelques heures plus tard, c’est Madame qui a appelé le 15.

 


Les pompiers m’on offert le transport !

Le médecin du 15 a vite traduit ce qui m’arrivait et il m’a envoyé une ambulance. C’est donc un VSAV qui s’est déplacé, avec trois pompiers, aussi sympathiques qu’efficaces. Bon, on passe sur le relevé des constantes qui était catastrophique. Ils m’ont embarqué pour Charles Nicolle, le CHU de Rouen, dans un trajet très rapide pour l’urgence vitale, mais avec une bonne humeur très apaisante. J’ai une énorme pensée pour ces hommes qui mettent si souvent leur vie en jeu pour sauver leur prochain. Quelle que soit votre caserne, Maromme, Deville ou Canteleu, je vous salue bien bas, Messieurs, avec un profond respect et vous adresse mes remerciements les plus chaleureux.

 


Au CHU, ça a commencé par les urgences !

Escorté par les pompiers, tout s’est bien passé et mon admission a été rapide. Déjà à ce stade, j’ai pu apprécier la disponibilité de tous les soignants qui se mettent en quatre, malgré des situations souvent urgentes à gérer et des familles traumatisées qu’il faut rassurer. Alors, oui, je me suis retrouvé pendant des heures sur un brancard dans le couloir. Oui, mais j’ai été bien suivi, j’ai fait pas mal d’examens, des radios, et pas un quart d’heure sans qu’une infirmière, un interne ou un médecin ne passe me voir pour prendre de mes nouvelles et surtout, vérifier mes constantes. Au cours de l’après-midi, la sanction est tombée : je souffrais soit d’une embolie pulmonaire, soit d’un infarctus. Par conséquent, je me suis retrouvé en Cardiologie, soins intensifs.

 


Service Cardiologie - soins intensifs

Alors, dans la région, tout le monde le sait. La Cardio du CHU est un service de pointe, ultra-moderne, très réputé, y compris à l’extérieur de nos frontières. Ici, il y a même eu des premières mondiales sur la désynchronisation cardiaque. Donc, ce service, c’est du sérieux ! En fin de journée, le doute était vite levé. J’avais fait un infarctus du myocarde et dès mardi, donc le lendemain, je passais au bloc pour subir une coronarographie et la pose d’un stent. Bref, ils m’ont soigné et tout s’est très bien passé. Merci pour la technique de pointe !

 


Au-delà des techniques modernes d’investigation et de soin, quid de l’humain ?

En cardiologie, on est en droit de s’attendre à de l’urgence en toute chose et à des soins dispensés sur du matériel high-tech. Je viens de vous le dire, tout ça, c’est déjà de l’acquis pour ce service. Mais à quoi servirait ces belles technologies sans l’humain ?

À Rouen, ils m’ont remis sur pied en 72 heures, mais sans oublier la bienveillance des rapports humains. J’ai vraiment été dorloté, chouchouté et traité de la meilleure des manières, sans pour autant négliger l’aspect médical de ma pathologie. Croyez-moi, c’est très rassurant quand on répond à toutes vos questions pour expliquer ce vous arrive.

L’infarctus du myocarde, rien que le nom évoque des fins tragiques et ça fait très peur ! Oui, je peux dire que le couperet est passé très près cette fois. Cependant, dans ce service, j’ai été très bien soigné et vraiment entouré par des femmes et des hommes qui ont su rester humains en plus de leurs nombreuses qualités professionnelles. Agents de service, aides-soignantes, infirmières, internes, médecins, chirurgiens… je n’ai pas su mémoriser tous vos prénoms, mais sachez que je ne vous oublierai jamais. Oui, parce qu’en plus de m’avoir sauvé, vous m’avez ouvert la porte sur une autre vie.

 


Quelles conséquences pour l’auteur que je suis ?

Cette triste aventure a failli me coûter la vie et, forcément, ça va impacter mon avenir d’homme comme celui d’écrivain.

C’est étrange, mais ce n’est pas la première fois que je vois la mort en face. Pourtant, cet infarctus a tout bouleversé dans ma tête et fait voler en éclats bien des principes et de nombreuses vérités que je pensais indéboulonnables.

Aussi, je profite de ce billet pour vous annoncer, chères lectrices et chers lecteurs, que je vais considérablement lever le pied et ralentir mon rythme de production. Non, je ne vais pas arrêter d’écrire, pas de panique ! Je veux juste me consacrer un peu plus aux miens et à ma vie, prendre du recul, souffler un peu et le moment venu, entamer une nouvelle vie professionnelle, sans y sacrifier ma santé et toutes mes libertés.

Vous l’avez compris, cet infarctus m’a rappelé que nous ne sommes pas éternels et que la vie, un jour ou l’autre, ça finit toujours mal… mais le plus tard possible, c’est tout ce que je demande.

 


Encore quelques remerciements

Ma profonde gratitude va tout d’abord à Caroline, ma femme, qui a été présente d’un bout à l’autre de cet épisode de vie, ô combien angoissant. Un grand merci à ma famille, mes beaux-parents et ma petite belle-sœur, à mes tantes et surtout, à Mélanie, ma fille. Un autre remerciement à mon éditrice, Anita, qui m’aide pendant cette passe difficile. D’autres mercis aux amis proches comme aux plus lointains, qui se sont manifestés, sans faire de bruit, mais avec une gentillesse qui m’a fait beaucoup de bien. Quelques mots, un SMS, un appel, un mail… pas grand-chose, en réalité, mais ces petites attentions trouvent un écho démesuré chez celui qui est fauché par la maladie. Enfin, mes derniers remerciements iront à mes lectrices et mes lecteurs qui m’ont témoigné leur sympathie via le groupe ou par message privé.

 

Maintenant, vous êtes prévenu, je suis en mode convalescence et repos pour le mois à venir ! Merci de votre compréhension et de votre patience.

 

Belle journée et bon week-end à toute et tous !

Amitiés littéraires.

 

Nota Bene : J’imagine que vous serez nombreux à m’écrire en prenant connaissance de ce billet. Ne soyez pas vexé, mais je ne répondrai pas. car il est hors de question que je pesse des heures devant le clavier. Je vous prie de bien vouloir m’en excuser par avance. Merci.

mercredi 6 avril 2022

L'appel à textes spécial Polar des Éditions du 38, une opportunité à saisir !

J’en ai parlé dans mon précédent article, mais je n’avais fait que survoler le sujet. Si vous écrivez des romans noirs, l’appel à textes lancé par les Éditions du 38 est une aubaine à saisir des deux mains. Par conséquent et pour une fois, ce billet s’adresse aux auteurs. C’est parti !

 


Petit préambule

Je tiens à préciser que je rédige ce billet en soutien à ma maison d’édition principale, que je le fais librement, sans contrainte ni promesse ni contrepartie d’aucune sorte. C’est en toute indépendance que je vous parlerai plus loin de mon expérience et de mes six années de collaboration. Quant à mon objectivité et ma sincérité, elles ne peuvent être mises en doute, car si j’y suis, c’est que je m’y sens bien, sinon, je serais parti depuis longtemps. Ceux qui me connaissent le savent, je ne mâche pas mes mots et je ne m’exprime jamais pour faire plaisir.

Dont acte ! À bon entendeur.

 

L’appel à textes spécial Polars & Thrillers

Quand une maison d’édition lance ce genre d’opération, c’est tout simplement pour étoffer son écurie existante et diversifier l’offre de son catalogue. Les Éditions du 38 vont très bien et proposent déjà une offre pléthorique répartie en plusieurs collections, que ce soit pour le polar, la SFFF, les classiques, etc.

Pour en prendre connaissance, je vous invite à suivre le lien ci-dessous. Vous trouverez toutes les informations utiles.

 

Appel à textes : https://www.editionsdu38.com/appel-à-textes/

 

Pour vous inciter à franchir ce premier pas et soumettre votre manuscrit, je vais vous parler de mon expérience personnelle dans cette maison d’édition et pourquoi j’y suis très bien.

 

Ma présentation d’auteur, pour mieux me situer

J’écris à titre professionnel depuis 2011, avec un lancement réel en 2012. Comme tout le monde, j’ai connu les échecs successifs, les pièges, les loupés, les portes claquées aux nez et autres flops de notre métier. Malgré tout, je n’ai jamais cédé aux (fausses) sirènes de l’auto-édition.

J’ai eu la volonté de continuer et croyez bien que je me suis battu pour en arriver là. Les travers du monde éditorial, je les connais par cœur. J’ai aussi eu ma dose d’escrocs, de pseudo éditeurs…

Par contre, à mes débuts, j’ai eu la chance d’apprendre mon métier avec de vraies éditrices dans de grandes maisons (HQN, Groupe Hachette, HarperCollins…). Et ma plus grande chance a été de croiser la route des Éditions du 38. C’est là que mon destin d’auteur a basculé. Pour être précis, le 29 avril 2016, Anita Berchenko, directrice des Éditions du 38, m’envoyait mon premier contrat d’édition. Le tout premier d’une longue série.

 

 

Qui est vraiment Anita Berchenko ?

C’est la fondatrice de la maison d’édition et, par conséquent, sa directrice générale. Au-delà de ce titre, elle est surtout la principale éditrice et croyez-moi, elle a un flair absolu pour détecter le bon projet et le bon auteur. C’est une véritable éditrice, avec des qualités professionnelles irréfutables, une rigueur de chaque instant et une volonté de fer pour garder le cap et mener sa société là où elle le veut. Mais pas à n’importe quel prix !

Je pourrai aussi vous parler de ses qualités humaines, de sa gentillesse, de ses conseils, cependant je préfère vous parler de son très gros point fort : le respect de l’auteur et de son travail. Et ça, si vous écrivez, vous devez savoir que ça ne court pas les rues.

Interlocutrice privilégiée de tous les auteurs maison, elle a droit de vie ou de mort sur votre projet. Si elle refuse votre manuscrit, inutile de hurler avec la meute, elle a ses raisons et vous les expliquera calmement. Si elle l’accepte, alors elle le portera avec force et conviction à sa publication et même au-delà.

 

C’est quoi les Éditions du 38 ?

C’est une structure moyenne, avec un beau catalogue et une écurie bien remplie. C’est surtout un nom devenu synonyme de sérieux et de professionnalisme dans le microcosme éditorial, avec une excellente réputation. Je peux en parler, car j’y suis depuis de nombreuses années et je la vois grandir, année après année, lentement mais sûrement.

Les deux points forts du 38 ? Son éditrice que je vous ai déjà présentée et l’infographiste maison qui signe nos premières de couvertures parmi les plus belles du marché. Non, je ne fais pas de zèle, pas de vaines flatteries non plus, c’est tout simplement une vérité indéniable. Regardez donc les pages de ce blog et examinez mes livres. Alors ? Vrai ou faux ? Et quand on sait que la couverture, c’est la toute première accroche du lecteur, vous comprenez que c’est une chance pour les auteurs du 38.

 

Une partie de l'équipe et des auteurs

Les points forts d’une collaboration avec le 38 ?

Ils sont nombreux et je ne parlerai que de mon expérience.

► Le respect du travail de l’auteur. Après l’editing, on ne modifie pas votre texte dans votre dos.

► Le respect du planning éditorial. Si Anita vous donne une date de sortie, votre livre sera publié ce jour-là. Pas un autre !

► Les libres échanges entre auteur et éditrice permettant des dialogues ouverts et constructifs. Anita donne de bons conseils et si elle vous dit que tel passage ne colle pas, vous pouvez vous fier à son avis et revoir votre copie.

► Le 38, c’est toute une équipe qui travaille dans l’ombre. L’assistante de direction, l’infographiste, la correctrice, les directeurs de collection… un staff de professionnels à l’image de la directrice. Bienveillance et professionnalisme, ça pourrait être leur devise.

► Un détail dont on a toujours du mal à parler et qui est pourtant, ô combien primordial ! Au 38, vous n’aurez jamais à réclamer votre arrêt des comptes ainsi que le versement de vos droits d’auteur. J’en vois qui sourient déjà et comme je les comprends ! J’ai connu ce problème et il n’y a rien de plus désagréable que de réclamer son dû. Avec cette maison d’édition, vous n’aurez jamais ce problème et ça, c’est un confort de l’esprit qui n’a pas de prix.

 

C’est bien joli tout ça, mais il y a forcément une contrepartie, non ?

Absolument ! Et ça tient en une phrase.

Les Éditions du 38 recherchent des auteurs, qu’ils soient confirmés ou en devenir, mais uniquement des hommes et des femmes ayant la ferme intention de s’investir avec sérieux, rigueur et un même état d’esprit.

 Autrement dit, Si pour vous l’écriture est un passe-temps comme un autre, si votre roman fait deux pages et demie, s’il vous a fallu dix ans pour écrire le premier chapitre, si vous pensez que votre texte est la septième merveille, qu’il mérite le Goncourt et que vous refusez de le retoucher… alors passez votre chemin ! Au 38, vous irez au devant d’une grande désillusion.

A contrario, si vous avez un manuscrit solide, bien écrit, si votre tête fourmille de projets, si vous faites preuve d’humilité comme de bonne volonté, et enfin, si vous avez envie d’entamer une collaboration sur le long terme, avec une maison sérieuse, alors vous serez le ou la bienvenu(e).

 

Le 38 en salon

Mes conseils pour bien répondre à cet appel à textes

Maintenant que vous êtes averti, que vous savez où vous allez mettre les pieds, je vous donne quelques bons conseils à suivre si vous tentez l’aventure. Plus haut, je vous ai indiqué le lien pour prendre connaissance de l’AT. Lisez-le plusieurs fois ! Imprégnez-vous de la demande qui a été formulée, car mine de rien, à ce stade, vous avez déjà les bonnes pistes à suivre.

Maintenant, voici quelques tuyaux et si ça va sans le dire, ça ira encore mieux en le disant !

 

► Respectez impérativement toutes les directives techniques.

► Visitez la page de la collection 38 rue du Polar. Lisez les titres, les quatrième de couverture, imprégnez-vous de l’ambiance générale et demandez-vous si votre projet colle à la ligne éditoriale. Ce sera votre premier indicateur.

► Soignez votre écriture, faites-vous relire par des proches avant l’envoi, relisez-vous plusieurs fois, n’hésitez pas à reprendre les passages qui ne vous semblent pas suffisamment fluides.

► Soignez l’orthographe, la grammaire. Prenez le temps de traquer vos doublons.

► Si votre roman est le lanceur d’une série, mettez en plus le synopsis de l’épisode suivant, vous prendrez des points en prouvant que vous êtes capable de produire la suite. Précisez aussi votre temps approximatif pour fournir le prochain texte.

► Ne racontez pas n’importe quoi dans votre biblio ou votre bio. Tout est vérifié. Faites preuve d’humilité, de motivation et de sérieux.

► Si votre projet existe depuis des lustres et s’il a déjà été refusé par d’autres maisons, c’est qu’il y a un problème dans votre texte. Inutile de le renvoyer au 38 sans l’avoir repris et complètement réécrit.

► Si vous êtes auteur confirmé, vous devez aussi maîtriser votre communication et en attester. En bas de votre bio, n’hésitez pas à ajouter toutes les adresses de vos réseaux sociaux, votre site officiel, etc. Un auteur qui ne communique pas, n’avance pas. Arrêtez de penser que la maison d’édition doit tout faire pour vous.

► Soignez votre titre ! Mine de rien, c’est un point important.

► Idem, soignez votre synopsis qui accompagnera votre projet. Pourquoi ? Pour deux raisons essentielles. La première, c’est que ce résumé va servir à l’éditrice pour jauger votre scénario. La seconde ? Compte tenu de la difficulté à rédiger un synopsis, ce sera votre capacité à présenter votre scénario intégral qui sera estimé. Prenez du temps pour l’écrire !

► Enfin, n’hésitez pas à contacter d’autres auteurs, posez des questions, il n’y a pas de honte à ne pas savoir, il y en a lorsque vous pensez tout savoir.

 


Les Éditions du 38

Une dernière piste pour bien appréhender l’esprit du 38 ? Suivez-les sur les réseaux sociaux, lisez les articles, regardez qui publie quoi, examinez les premières de couverture…

 Site officiel : https://www.editionsdu38.com/

 Page Facebook : https://www.facebook.com/editionsdu38

 Twitter : https://twitter.com/Editionsdu38

 Instgram : https://www.instagram.com/editionsdu38/

 

***

 

Conclusion

J’espère que ce billet vous aura donné envie de rejoindre cette maison et son équipe. De plus, vous devriez avoir une meilleure approche de ce que vous avez à faire pour répondre à cet appel à textes. Sur ce blog, à la page conseils, vous trouverez d’autres tuyaux sur le métier d’auteur, la technique d’écriture, alors n’hésitez pas à la visiter.

Et maintenant, à vous de jouer. Feu ! Vous avez jusqu’au 31 août pour envoyer le bon projet.

Bonne chance !

 

 

Belle journée à toute et tous !

Amitiés littéraires.

 

vendredi 1 avril 2022

Une nouveauté, EX TENEBRIS, avec toutes les promos et les offres d'avril !

Entre la promo sur Diabolica, le mois du polar au 38 et un appel à textes, je vous propose de découvrir Ex Tenebris, mon prochain thriller. Le tout vous est proposé avec des offres tarifaires à ne surtout pas laisser passer ! Et tout ça, aux Éditions du 38. Alors, suivez le guide et profitez bien de cette avalanche de bonnes affaires.

 


*

EX TENEBRIS

(nouveauté)

 


Ex Tenebris

C’est mon prochain roman à paraître et je vous promets qu’il sera dans la lignée de mes meilleurs thrillers. Je vous en reparlerai plus longuement, le moment venu, dans un billet complet. Sachez simplement que mon éditrice vous fait une offre à ne pas louper. Ce roman qui sortira le 30 juin 2022, exprès pour vos vacances, est déjà en précommande numérique. Jusqu’à sa sortie officielle, vous pouvez le réserver pour le prix cadeau de 3,99 € au lieu de 7,99 €, tarif normal qui sera appliqué après le 30 juin, soit une économie de 4,00 € ! Elle est pas belle la vie ?

 

Résumé

Pour une raison obscure, le capitaine Malone Casey est muté à la PJ de Rouen. Il intègre l’équipe du commandant Cécile Leprince quand un prêtre est sauvagement assassiné dans une église. Peu après, une jeune femme est enlevée, sans demande de rançon, et son corps n’est pas retrouvé. Tandis que les meurtres des ecclésiastiques se poursuivent à un rythme inquiétant, d’autres femmes disparaissent et rien ne permet de relier les deux affaires.

Rouen serait-elle devenue le terrain de chasse de deux tueurs en série ?

Liens

Amazon : https://www.amazon.fr/Ex-Tenebris-lumière-vient-ténèbres-ebook/dp/B09WYR4F88/

Kobo : https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/ex-tenebris-10

Éditeur : https://www.editionsdu38.com/catalogue/polars-thrillers/ex-tenebris/

 

*

DIABOLICA EN PROMOTION

 


La promotion sur Diabolica

Je ne vous présente plus Diabolica, ce thriller qui a conquis des milliers de lecteurs et dont vous avez entendu parler par BePolar et France 3 Normandie. Si vous ne l’avez pas encore lu, c’est le moment. La version numérique est à 2,49 € !

 

Résumé

Après une catastrophique opération conjointe avec la brigade des stups, lors de laquelle son meilleur ami et collègue se fait abattre, Jason Cusack, capitaine de la brigade criminelle de Paris, dépressif depuis son divorce, est suspecté d’avoir dérobé deux sacs de sport contenant au total 500 000 € en espèces, appartenant à un gros trafiquant. Mis à pied après une enquête de l’IGPN, Jason est réintégré au bénéfice du doute. Pour l’éloigner de Paris, il est muté au SRPJ de Bordeaux où il se retrouve affecté aux homicides.

Un meurtre a été commis sur le bassin d’Arcachon dans des circonstances effroyables, et Cusack doit assister un officier de la Section de Recherches à cause du manque d’effectifs. Au cours de l’enquête, il devra redoubler d’efforts pour arrêter un coupable insaisissable et convaincre la hiérarchie de son innocence.

Mais dans l’ombre, des forces occultes se liguent contre les enquêteurs…

Liens

Amazon : https://www.amazon.fr/Diabolica-Gilles-Milo-Vacéri-ebook/dp/B08VDL4CXL/

Kobo : https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/diabolica-3

Éditeur : https://www.editionsdu38.com/38-rue-du-polar/gilles-milo-vaceri/diabolica/

 

*

LE MOIS DU POLAR

Éditions du 38

 

Cliquer pour agrandir

Le mois du polar aux Éditions du 38

Comme tous les ans, c’est l’occasion de faire le plein de romans policiers au 38. Vous pourrez ainsi découvrir des auteurs, leur talent et surtout, une multitude de romans qui vous feront passer des heures de lecture inoubliables. Profitez du prix exceptionnel offert sur les versions numériques. La promotion est en cours jusqu’au 2 mai 2022. Sautez vite sur l’occasion !

Toute l’offre du 38 : https://www.editionsdu38.com/actualites/

 

*

APPEL À TEXTES POUR LES AUTEURS DE POLARS

(Éditions du 38)

 


Appel à textes - Polars et thrillers

Si vous êtes auteur de romans noirs, voici une belle occasion à saisir. Ma maison d’édition attend vos projets et vous avez jusqu’au 31 août 2022 pour soumettre vos manuscrits. Ne laissez pas passer cette chance de vous voir édité par une maison sérieuse qui a le vent en poupe. Mais attention ! Je connais bien Anita Berchenko et si vous n’êtes pas sérieux, si l’écriture pour vous n’est qu’un passe-temps hasardeux, passez votre chemin. Par conséquent, soignez votre style, vérifiez votre orthographe, traquez vos incohérences et envoyez un projet qui tient la route. Dernier conseil, respectez scrupuleusement les impératifs techniques demandés par l’éditrice. Je vous souhaite bonne chance !

Appel à textes du 38 : https://www.editionsdu38.com/appel-à-textes/

 

Conclusion

C’est vraiment le genre de billet que j’aime rédiger, avec un maximum de bonnes choses dont vous pourrez profiter afin de vous offrir des lectures toujours plus intenses. De même, n’hésitez pas devant ces offres promotionnelles, car par les temps qui courent, la moindre économie est appréciable. Quant à nous, je vous donne rendez-vous très prochainement et je vous parlerai en détail de ma prochaine nouveauté, Ex Tenebris. Vous comprendrez alors qu’il ne faudra pas rater, sous aucun prétexte, ce thriller diabolique.

 

Excellente journée à toute et tous !

Amitiés littéraires.