lundi 24 décembre 2018

Mes lecteurs ont la parole, Michael Féron ou... Monsieur Rêve !


Dans la série des interviews, voici le vingtième portrait. En ce jour du réveillon de Noël, je vous propose de découvrir les goûts littéraires d’un ami très connu - pour ne pas dire célèbre - sur Rouen. Si je vous dis un bouquiniste rouennais, ça devrait faire tilt ! D’ailleurs, les fans de Gerfaut ne seront pas dépaysés et devraient vite comprendre…


Explications des interviews
Bien entendu, le but n’était pas de tout faire tourner autour de moi, mais bien de découvrir vos préférences, vos goûts, vos habitudes de lecture… Pour mieux comprendre vos attentes, savoir qui vous êtes, j’ai fait suivre un questionnaire à quelques-uns d’entre vous.
Aujourd’hui, c’est Michael Féron, alias Monsieur Rêve, qui en dit un peu plus sur ses goûts littéraires et à qui je cède immédiatement la parole.

LES LIVRES ET VOUS ■


1/ Pour planter le décor, merci de vous présenter.
Eh bien, Michael, plus connu sous le nom de Monsieur Rêve. J’ai 45 ans, je suis bouquiniste à Rouen et vous me connaissez aussi comme étant le libraire dans le dernier livre de Gilles (Ndla : Les enquêtes de Gabriel Gerfaut, tome VI, La louve de Rouen).

2/ Quel style de lecteur êtes-vous ?
On peut dire que je suis régulier dans la régularité !

3/ Quels sont vos genres de lecture préférés ?
J'aime, les romans asiatiques, notamment japonais, mais également la littérature américaine et réaliste comme les œuvres sociales de Jack London.


4/ Comment choisissez-vous vos livres ?
La couverture doit être attrayante, il faut qu'elle me fasse de l'œil, sans oublier la quatrième de couverture, très importante pour moi.

5/ Vous êtes plutôt numérique ou papier ? Pourquoi ?
Je préfère le papier, car j'aime l'objet, le sentir, voir de belles illustrations aussi et le cas échéant, pouvoir le partager, si quelqu'un le voit dans ma bibliothèque.


6/ Où achetez-vous vos livres, en général ?
Ça ne surprendra personne si je dis que je les achète d’occasion et, bien sûr, au Rêve de l’Escalier ! (Ndla : Pour ceux qui ne le savent pas encore, Le Rêve de l’Escalier est le nom de la librairie que Michael dirige)

7/ Combien de livres possédez-vous et quel est celui que vous pouvez relire sans jamais vous lasser ?
Je possède 3000 livres environ et celui que je relis à chaque décennie, c’est Le petit prince, de Saint-Exupéry.


8/ Quel est le TOP 3 de vos auteurs préférés, français et/ou étranger ?
- Jack London, Le vagabond des étoiles
- H. Murakami, Kafka sur le rivage
- Jonathan Swift, Les voyages de Gulliver

VOUS ET MOI ■

9/ Comment et par quel titre m’avez-vous découvert ?
Tu es venu plusieurs fois dans ma boutique et un jour, tu m’as offert un de tes romans. C’était Stan… (Lis… forcément ! rires)

10/ Dans mes romans, lequel a votre préférence ?
La louve de rouen, car je connais un des personnages dedans !

11/ Dans quel genre aimeriez-vous me voir écrire ?
Je te verrai bien en science-fiction !

12/ Expliquer ce qui vous plaît le plus dans mon écriture ? Idem, quel est mon plus gros défaut d’écriture ?
Tu as une écriture très cinématographique...

13/ J’écris dans 4 genres bien distincts : érotisme, historique, polar/thriller, aventures. Merci de les classer dans l’ordre de vos préférences.
1 : polar
2 : historique
3 : aventures
4 : érotisme

MINI PORTRAIT CHINOIS ■

14/ Si vous étiez un livre ?
Le livre sans nom

15/ Si vous étiez un auteur ?
Moi ! Quand je serai décidé.

16/ Si vous pouviez réaliser votre plus grand rêve de lecteur, quel serait-il ?
Rencontrer Haruki Murakami

17/ Si vous étiez le héros de l’un de mes romans, lequel serait-il ?
Pas la peine de chercher, je le suis déjà !


VOTRE CONCLUSION

En conclusion, je dirai qu'il ne faut jamais rien conclure, en termes de croyance sur les autres, mais aussi ne rien conclure dans l'envie de découvrir les autres et par ce biais, se découvrir soi-même.

■ ■ ■

Mon commentaire de fin
Cette interview est complètement surréaliste ! Imaginez que je suis en train de questionner un personnage de l’un de mes romans… dans un Gerfaut, en plus ! Bon, sauf erreur, je n’ai pas encore sombré dans la schizophrénie et je suis bien lucide. rires ! Plus sérieusement, quand j’ai écrit mon thriller, La louve de Rouen, j’ai aussitôt pensé à Michael pour représenter le libraire dont j’avais besoin dans mon intrigue et c’est ainsi que Monsieur Rêve est devenu un personnage.
Je ne connaissais pas ton goût pour la littérature extrême-orientale et principalement Haruki Murakami. J’avoue que je ne le connaissais pas et je n’ai rien lu de cet auteur. Par contre, tu m’as fait repenser à Eiji Yoshikawa et son œuvre très complète sur la vie de Shimmen Miyamoto Musashi : La pierre et le sabre suivi de La parfaite lumière. J’ai dévoré ces deux bouquins et j’ai dû les relire une bonne dizaine de fois ! Ce qui m’avait amené à lire son Go Rin No Sho (Traité des cinq roues). Pour le pratiquant d’arts martiaux que j’étais, quoi de plus normal ?
Ah, Jack London ! Encore un écrivain qui revient très régulièrement et je pense que l’école n’y est pour rien. Qui ne connaît pas Croc-Blanc, l’appel de la forêt… ? Les œuvres sociales sont moins répandues, et pourtant… quel réalisme ! Mais London était surtout un illustre nouvelliste qui a signé des dizaines et des dizaines de nouvelles. Bref, on est bien d’accord, c’était un génie !
Ainsi, tu me vois écrire de la science-fiction ? C’est marrant d’avoir ces ressentis et ça interpelle mes deux neurones rescapés. Cela étant, désolé, je ne m’y vois pas. J’ai beau me creuser les méninges, je n’arrive pas à imaginer un récit en SF et, en tout cas, rien qui m’inspire.
Je te souhaite de réaliser un jour ton rêve de lecteur et de rencontrer Murakami. Cela dit, pour Monsieur Rêve, ça ne devrait pas être trop compliqué, non ? Sourire…
Merci, Michael, pour le temps que tu m’as accordé et ces belles découvertes.


Belle journée et bon réveillon à tous !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.