dimanche 16 décembre 2018

Mes lecteurs ont la parole, Nicolas Pona !


Dans la série des interviews, voici le douzième portrait de lecteur que je vous propose. Cette fois, je vous présente une approche littéraire vraiment différente à travers le regard d’un scénariste de Bandes Dessinées. Ce choix a été volontaire pour ouvrir tous les champs du possible !


Explications des interviews
Bien entendu, le but n’était pas de tout faire tourner autour de moi, mais bien de découvrir vos préférences, vos goûts, vos habitudes de lecture… Pour mieux comprendre vos attentes, savoir qui vous êtes, j’ai fait suivre un questionnaire à quelques-uns d’entre vous.
Aujourd’hui, c’est Nicolas Pona qui vous parle de ses choix avec beaucoup d’humour et à qui je cède immédiatement la parole.

■ LES LIVRES ET VOUS ■


1/ Pour planter le décor, merci de vous présenter.
Nicolas Pona, 50 ans, scénariste de BD, avec une famille remuante à base d'une ado intello qui veut pas de scooter et d'une épouse plus sage et calée que son mari. Depuis plus d'une vingtaine d'années, je pratique différents types d'arts martiaux aux noms rigolos comme Kali, Krav-maga, Pencak silat et même, même le Karaté ! Et je rêve que je suis un bon combattant, en pratiquant un jeu de rôles depuis encore plus longtemps que je me souvienne.

2/ Quel style de lecteur êtes-vous ?
Occasionnel et anarchique. Exemple : Là, je lis l'excellent bouquin de Laura Spinney, La grande tueuse, sur la grippe espagnole de 1918, après avoir rencontré son auteur dans un salon du livre historique. Parallèlement je suis sur un formidable livre de science-fiction, Élévation, de David Brin et je rêve de pouvoir le terminer pour commencer un autre bijou du thriller rouennais écrit par… toi ! Ben oui, le tien !
Accessoirement, je feuillète des magazines d'histoire ou de vulgarisation scientifique. Le tout en rêvant de vacances où au fond d'un fauteuil je pourrais lire plus de deux lignes d'affilée avant de devoir repartir sauver la planète ou faire un truc, genre une obligation familiale !

3/ Quels sont vos genres de lecture préférés ?
Tout ! Avec un rien de plus pour la science-fiction, la fantasy et le thriller. Le reste, on oublie, même si j'aime tout, hein ?

4/ Comment choisissez-vous vos livres ? Vous arrive-t-il de suivre des conseils de lecture ?
De manière inexpliquée, des bouquins apparaissent régulièrement sur mon bureau. Mais en dehors du secteur librairie paranormale, je rencontre des auteurs dans des salons littéraires et le courant passant, j’achète leurs bouquins. Eh oui, comme pour toi... !!!
 Pour le reste, je trouve ça en bibliothèque municipale, sur les étagères de mes amis ou sur le cadavre de mes ennemis, achetant peu et rendant ainsi rarement mes écrivains préférés, riches et célèbres.

5/ Vous êtes plutôt numérique ou papier ? Pourquoi ?
Papier, mais juste parce que je n'ai pas de liseuse. Et pis, avec une liseuse, comme j'achète pas grand-chose, je finirai de toute manière avec du papier municipal.

6/ Où achetez-vous vos livres, en général ?
Heu, ben… si je reste logique avec moi, je dirais... en salon ! Ou sur le corps de mes ennemis à qui je fourre toujours un ou deux billets après leur avoir fait les poches. Je déteste devoir quelque chose à ceux que je hais à mort.

7/ Combien de livres possédez-vous et quel est celui que vous pouvez relire sans jamais vous lasser ?
Quelques centaines. Mon étagère s'est pété la gueule l'autre jour et depuis, j'ai peur qu'elle recommence rien qu'en l'approchant. Alors l'idée de lui confier de nouveaux volumes... Ton bouquin, par exemple, attend sur ma table de nuit et ton livre sur le Gévaudan est sur ma dévédéthèque. Logique, non ?
Quant à celui que je relis régulièrement... C’est Trois hommes dans un bateau, de Jérôme K Jérôme. Ça me fait éternellement trop rire !

8/ Quel est le TOP 3 de vos auteurs préférés, français et/ou étranger ?
Je n'ai pas ça en magasin, monsieur ! Ici, chaque nouvelle lecture balaie la précédente. J'ai autant d'admiration pour des super merdes informes comme Twilight que pour des petits bijoux comme La grande tueuse, de Laura Spinney. Sans déconner, le top 3 ou 10, c'est vraiment pas mon truc.


■ VOUS ET MOI ■

9/ Comment et par quel titre m’avez-vous découvert ?
Je t'ai découvert en salon de Veules-les-Roses, où on se demandait comment attirer les visiteurs ! Bon, plus sérieusement, on était voisins lors de ce salon et on a beaucoup parlé BD et thrillers. C’était très sympa ! Et c'est avec La bête du Gévaudan que j'ai découvert ta prose (Si jamais tu connais pas, ça fait partie d’une série d’enquêtes menées par un super flic, un certain commandant Gerfaut !).

10/ Dans mes romans, lequel a votre préférence ?
Ton roman avec du poil dedans : la bête du Gévaudan ! Mais… heu… c'est le seul que j'ai lu... et comment tu m'as eu ! Je vais être OBLIGÉ de lire les autres, maintenant ! T’as pas de cœur et t’as pas pensé à mon porte-monnaie !

11/ Dans quel genre aimeriez-vous me voir écrire ?
La cuisine aphrodisiaque… le manuel du parfait cruciverbiste ? Non, sérieusement, pas de genre en tête, ni d'envie de suggestion. J'en ai ma claque des lecteurs qui viennent me dire « Oh Nicolas, vous devriez tellement nous faire des livres pour enfants ». Ou encore, « Pourquoi tu fais pas des vrais livres, genre roman graphique ? ». Alors, non ! Je ne vais pas commencer à suggérer. Tu fais tout ce que tu veux et tu te fais plaisir, c’est ça le principal ! Quoique… quand même… un guide du cruciverbiste érotique, ce serait vachement bien !

12/ Expliquer ce qui vous plaît le plus dans mon écriture ? Idem, quel est mon plus gros défaut d’écriture ?
Ce que j'aime : Ta structure narrative est très scénaristique. Pas de scènes en trop et une narration qui va à l'essentiel comme un coup de sabre. Un défaut... En allant à l’essentiel, tu passes de temps en temps par des lieux communs, des lignes de dialogue un peu bateau, des confrontations un poil déjà vues. Mais c'est quand même rare !

13/ J’écris dans 4 genres bien distincts : érotisme, historique, polar/thriller, aventures. Merci de les classer dans l’ordre de vos préférences.
1 : Thriller.
2 : Thriller
3 : Thriller
4 : Hum… thriller !
Heu… J’ai pas encore lu le reste, mais ça peut me plaire comme le 1… voire encore plus que le 1 !

MINI PORTRAIT CHINOIS

14/ Si vous étiez un livre ?
Les trois mousquetaires !

15/ Si vous étiez un auteur ?
Ed Mc Bain (il a un chouette nom et c'est un super écrivain de polars)

16/ Si vous pouviez réaliser votre plus grand rêve de lecteur, quel serait-il ?
Pouvoir lire sans être dérangé toutes les trois secondes et demie !

17/ Si vous étiez le héros de l’un de mes romans, lequel serait-il ?
Le loup, le loup, le loup !!! ah ouish… mais y en avait pas vraiment dans La bête du Gévaudan ou si, un peu, enfin bon, je vais pas spoiler l’histoire, hein ? Alors… Le Gévaudan, le Gévaudan, le Gévaudan !!! Mais c'est une région, gros taré, pas un personnage ! Heu… Oui, mais quelle région ! Bon, à la fin, j’en sais rien… Quand j’en aurai lu quelques-uns de plus, on refait l’interview ?

VOTRE CONCLUSION

J'ai déjà bien pourri ton questionnaire, désolé, mais j’en rigole encore ! J'ai hâte de lire ton Rouennage (Ndla : traduire par La louve de Rouen, la dernière enquête de Gerfaut) et je te prie d'excuser mes libertés prises avec le français et toutes tes questions. Bye et bon courage avec mes réponses.

■ ■ ■

Mon commentaire de fin
Vous l’avez compris, lorsque j’étais sur le salon de Veules-les-Roses, j’avais un voisin de signature des plus tristes, amorphe, qui ne parlait pas et ne disait jamais de bêtises ! rires ! On a donc entamé quelques belles discussions et depuis, nous nous sommes revus lors d’une autre séance de dédicaces.
Grâce à Nicolas, j’ai approché au plus près les métiers de la BD, car j’avoue que je n’y connaissais rien. J’ai donc appris beaucoup de choses sur le sujet et découvert ainsi son métier de scénariste. Par conséquent, quand il parle de mon écriture comme étant scénaristique, j’avoue que le compliment me touche beaucoup. Merci, l’ami !
J’avais déjà entendu parler de La grande tueuse, ce livre excellent qui parle de l’épidémie de grippe espagnole au début du XXe siècle et le carnage qui en a découlé, bien pire que les bilans humains des deux dernières Guerres mondiales !
Quant à l’humour, ça me va très bien ! Après tout, qui a décrété qu’il fallait être sérieux pour parler littérature ? Certainement pas moi.
Un grand merci, Nicolas, pour ta participation et cette interview qui m’a bien fait rire !

Belle fin de journée !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.