dimanche 9 décembre 2018

Mes lecteurs ont la parole, Anita Berchenko !


Dans la série des interviews, voici le cinquième portrait de lecteur que je vous propose aujourd’hui et celui-ci est particulier. J’ai choisi d’interviewer mon éditrice principale, non pas en tant que dirigeante de la maison d’édition, mais comme simple lectrice. Eh oui, elle ne fait pas que travailler et heureusement pour elle !


Explications des interviews
Bien entendu, le but n’était pas de tout faire tourner autour de moi, mais bien de découvrir vos préférences, vos goûts, vos habitudes de lecture… Pour mieux comprendre vos attentes, savoir qui vous êtes, j’ai fait suivre un questionnaire à quelques-uns d’entre vous.
Aujourd’hui, c’est Anita Berchenko, la directrice des Éditions du 38, qui participe à ma petite enquête et à qui je cède immédiatement la parole.

LES LIVRES ET VOUS ■




1/ Pour planter le décor, merci de vous présenter
Anita Berchenko, éditrice et fondatrice des Éditions du 38, j’habite près de Toulouse.

2/ Quel style de lecteur êtes-vous ?
Fatalement, je suis une très grande lectrice. Je lis bien sûr dans le cadre de mon travail, essentiellement des manuscrits qui me permettent de découvrir parfois de véritables bijoux littéraires, mais je veille à conserver du temps pour la lecture plaisir.

3/ Quels sont vos genres de lecture préférés ?
J’aime énormément le polar et les thrillers, surtout les polars nordiques parce qu’ils ont une dimension sociale bien développée, avec des personnages qui se débattent entre leurs missions, leur vie privée, leur passé souvent chaotique, des personnages ordinaires placés dans des situations extraordinaires. Je lis aussi beaucoup de romans de Science-fiction, particulièrement d’anticipation, pour leur capacité à nous faire réfléchir sur l’évolution, possible ou pas, de notre société.

4/ Comment choisissez-vous vos livres ? Vous arrive-t-il de suivre des conseils de lecture ? Évidemment, la couverture est souvent la première chose que l’on voit d’un livre, et c’est un élément très important dans le choix qui se fait.
Ensuite, dans mon cas, le résumé vient conforter le premier sentiment déclenché, ou au contraire l’infirmer. Par contre, quand j’aime un auteur, j’ai tendance à lire tous ses livres, quels que soient les éléments cités ci-dessus.
Les avis de lecteurs ou critiques dans la presse, blogs littéraires, ont assez peu d'importance dans ma sélection, j’aime me faire ma propre opinion.

5/ Vous êtes plutôt numérique ou papier ? Pourquoi ?
Je lis en numérique depuis déjà de nombreuses années, pour des raisons d’abord pratiques, et surtout la possibilité d’y transférer les manuscrits qu’il me faut lire. Mais aussi pour la mobilité, le fait de pouvoir emporter partout une importante bibliothèque de livres, lire et relire à tout moment et partout mes auteurs préférés. Pour le faible poids aussi de l’appareil et le confort de lecture que procure la liseuse.
Je ne suis pas attachée spécialement à l’objet papier, pour moi seul compte le texte. J’ai tendance à dire qu’un mauvais livre reste mauvais qu’il soit en papier ou en numérique, le papier ne lui donne pas la moindre valeur par rapport au numérique. Cela marche aussi pour le numérique, un très bon livre est tout aussi bon en numérique qu’en papier.

6/ Où achetez-vous vos livres, en général ?
J’achète mes livres numériques dans une librairie en ligne indépendante, 7Switch, qui propose tous les formats numériques pour la compatibilité avec toutes les liseuses.
Pour les livres papier, c’est plus souvent sur les salons du livre que je me laisse tenter, si l’auteur parvient à me convaincre.

7/ Combien de livres possédez-vous et quel est celui que vous pouvez relire sans jamais vous lasser ?
Je n’ai jamais compté mes livres, j’en ai plusieurs centaines dans ma liseuse, et nettement moins en papier.
Quant à mon livre préféré, que je pourrais relire sans me lasser (si toutefois j’en avais le temps), c’est une question difficile, il y en a plusieurs, et c’est toujours très restrictif de n’en citer qu’un seul, mais disons que peut-être L’insoutenable légèreté de l’être, de Kundera, aurait ma préférence.

8/ Quel est le TOP 3 de vos auteurs préférés, français et/ou étranger ?
Encore une question bien difficile !
Si on fait abstraction de la réponse à la question précédente (ce qui me permet de rajouter un auteur 😉), on va trouver dans mon top 3, pour des auteurs contemporains, Arnaldur Indridason, avec La trilogie des ombres, Jussi Adler Olsen, avec L’unité alphabet, Gilles Vincent avec 3 heures avait l’aube.

VOUS ET MOI ■

9/ Comment et par quel titre m’avez-vous découvert ?
Étant donné que je ne suis pas seulement lectrice de Gilles Milo-Vacéri, mais également son éditrice, le premier titre que j’ai lu était un manuscrit, L’Affaire Aurore S., premier thriller d’une longue série de thrillers que j’ai publiée aux Éditions du 38.

10/ Dans mes romans, lequel a votre préférence ?
C’est difficile de répondre encore une fois, puisque j’aime évidemment tous les romans de Gilles Milo-Vacéri que j’ai publiés, mais dans la série des thrillers fantastiques, Les enquêtes du commandant Gabriel Gerfaut, j’aime particulièrement Les sept fantômes, parce qu’il se déroule dans une petite ville de province et peint avec une grande justesse la société étriquée des notables de la ville, et les drames engendrés par les secrets étouffés envers et contre tout.

11/ Dans quel genre aimeriez-vous me voir écrire ?
Je pense (et là c’est l’éditrice qui parle), que l’anticipation, ou le thriller futuriste, serait un genre qu’il serait logique d’explorer pour un auteur à l’aise avec le polar et le thriller d’investigation.

12/ Expliquer ce qui vous plaît le plus dans mon écriture ? Idem, quel est mon plus gros défaut d’écriture ?
La question-piège ! Encore une fois, il m’est difficile de dissocier l’éditrice de la lectrice. Ce qui est le plus plaisant dans l’écriture de Gilles Milo-Vacéri, c’est la fluidité, la simplicité du style et forcément l’efficacité que cela confère au texte.
Le (plus gros) défaut d’écriture, qu’on essaye de corriger dans les phases de correction du manuscrit, ce sont les petits tics d’écriture qui apparaissent par-ci par-là, mais ce sont vraiment des détails (puisqu’il faut bien répondre à la question 😉).

13/ J’écris dans 4 genres bien distincts : érotisme, historique, polar/thriller, aventures. Merci de les classer dans l’ordre de vos préférences.
1 : Polar/thriller
2 : aventure
3 : historique
4 : érotisme

MINI PORTRAIT CHINOIS ■

14/ Si vous étiez un livre ?
Une saga de fantasy médiévale

15/ Si vous étiez un auteur ?
Tolstoï

16/ Si vous pouviez réaliser votre plus grand rêve de lecteur, quel serait-il ?
Pouvoir entrer dans un livre et vivre les aventures de l’intérieur, par exemple dans la saga Game of Thrones de George R R Martin.

17/ Si vous étiez le héros de l’un de mes romans, lequel serait-il ?
Sandrine Wermer dans L’Affaire Aurore S.

VOTRE CONCLUSION

J’ai beaucoup d’admiration pour le talent de Gilles Milo-Vacéri à construire une œuvre qui met en avant des valeurs humaines telles que respect, honneur, abnégation, avec des héros qui se donnent corps et âme pour défendre leurs idéaux. Le tout en ayant soin d’être accessible au plus grand public possible.

■ ■ ■

Mon commentaire de fin
En interviewant mon éditrice, je savais bien qu’avant tout, elle est une grande lectrice, amatrice de polars, de thrillers et j’avais hâte de lire ses réponses. Encore une fois, les polars sont à l’honneur avec des auteurs pas forcément connus. De même, je l’attendais sur deux points, déjà savoir dans quel genre elle aimerait me voir produire un nouveau projet et ce serait donc un thriller futuriste… Ça me laisse songeur et je dirais, pourquoi pas ?
Ensuite, mes défauts d’écriture et j’ai souri en lisant sa réponse. Eh oui, j’ai beau faire attention, maîtriser de plus en plus la technique, progresser jour après jour, il m’arrive encore de laisser passer des tas de tics d’écriture ! Combien de fois avons-nous ri ensemble de mes erreurs ? Je ne sais pas, cependant à chaque manuscrit, ils reviennent, les bougres ! En attendant, je fais un clin d’œil à tous ceux qui estiment pouvoir se passer d’une correction éditoriale… je dis ça, je dis rien…
En conclusion, merci beaucoup, Anita, d’avoir joué le jeu en prenant sur ton temps si précieux.

Très belle journée !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.