jeudi 20 décembre 2018

Mes lecteurs ont la parole, Nathalie Bourcier !


Dans la série des interviews, voici le seizième portrait de lecteur. Cette fois, je vous invite à découvrir les goûts et les habitudes de lecture d’une mère au foyer que je connais depuis mes débuts dans l’écriture.


Explications des interviews
Bien entendu, le but n’était pas de tout faire tourner autour de moi, mais bien de découvrir vos préférences, vos goûts, vos habitudes de lecture… Pour mieux comprendre vos attentes, savoir qui vous êtes, j’ai fait suivre un questionnaire à quelques-uns d’entre vous.
Aujourd’hui, c’est Nathalie Bourcier qui dévoile sa passion pour les livres et à qui je cède immédiatement la parole.

LES LIVRES ET VOUS ■


1/ Pour planter le décor, merci de vous présenter
J’ai la quarantaine passée, profession mère au foyer et auteur à mes heures perdues. Je vis au pays de la lavande, des cigales et de Giono, ce qui est parfait, puisque lire fait partie de mes loisirs préférés à égalité avec la pâtisserie.

2/ Quel style de lecteur êtes-vous ?
La lecture, c’est ma drogue ! J’en ai besoin quotidiennement et au plus loin que je me souvienne, cela a toujours été ainsi.

3/ Quels sont vos genres de lecture préférés ?
Je n’ai pas vraiment de genre préféré, je lis de tout, ou presque. Par contre, j’ai des périodes où je ne vais lire qu’un seul genre jusqu’à l’overdose. Le seul que je ne lis pas, ce sont les témoignages. Lire c’est ma façon de faire le vide, de me ressourcer, alors je n’ai pas envie de me plonger dans des histoires telles que : « j’ai eu 14 cancers », « Mon frère est un drogué », « ma petite sœur a été violée », « ma mère est alcoolique » et tous les trucs du même genre. Je ne dénigre pas, c’est juste pas pour moi.

4/ Comment choisissez-vous vos livres ? Vous arrive-t-il de suivre des conseils de lecture ?
Cela dépend. Si c’est un auteur que j’aime, comme Gilles Milo-Vacéri (sourire), là je ne me pose pas de question, je sais que je vais adorer. Si je ne connais pas l’auteur, bien souvent c’est d’abord la couverture qui attire mon œil et me donne envie de découvrir le résumé. Si le résumé me convient et si je suis dans un magasin, je lis la dernière page (sacrilège !), la plupart du temps c’est ce qui me convainc. Si je suis devant mon ordinateur, je regarde les avis avant de me décider. Je suis dans plusieurs groupes de lecture et parfois je fais également de belles découvertes grâce aux autres lecteurs et lectrices.

5/ Vous êtes plutôt numérique ou papier ? Pourquoi ?
J’ai longtemps été anti-numérique, car pour moi, un livre ce n’était pas seulement une histoire, mais presque un trésor qu’on touche, qu’on sent, qu’on découvre page après page. Un trésor que l’on place ensuite dans sa bibliothèque et qu’on garde précieusement.
Et puis un jour, j’ai tout de même tenté l’expérience. Depuis, je ne lis pratiquement plus que du numérique, car il faut reconnaître qu’il y a des avantages : gain de place, emporter sa bibliothèque où qu’on aille, reposant pour les yeux...  Par contre, tout ce qui est encyclopédie, livres d’histoire ou littérature classique, là je reste en papier.

6/ Où achetez-vous vos livres, en général ?
Partout où il y en a ! Si je tombe sur le rayon livres dans une grande surface (pour le plus grand malheur de mes enfants), j’en oublie presque de faire mes courses. Si je me promène en centre-ville, je m’arrête à chaque librairie. Marché aux puces, brocantes, foire … Tout est bon pour dénicher LE livre ou plutôt le VIEUX livre, car j’adore les vieilles éditions, surtout pour la littérature classique. Sur Internet, de plus en plus puisqu’à présent, je lis essentiellement du numérique.

7/ Combien de livres possédez-vous et quel est celui que vous pouvez relire sans jamais vous lasser ?
Je suis incapable de donner le nombre exact, j’en ai tellement  en papier, que je ne peux pas les mettre tous chez moi, alors ils sont, hélas, dans des cartons au garage. J’ai gardé tous les livres que j’ai lus depuis l’enfance et j’ai même récupéré ceux de mon père (lus durant mon adolescence). En numérique, j’en ai encore plus. Une droguée, je vous dis !
Bizarrement, je lis rarement, voire jamais, deux fois le même livre, même si j’ai adoré, vibré, pleuré, ri... J’aurais tendance à dire surtout si j’ai adoré, car j’ai peur de ne pas avoir le même ressenti et d’être déçue, alors je préfère conserver la première impression.

8/ Quel est le TOP 3 de vos auteurs préférés, français et/ou étranger ?
Désolée, mais faire un top 3, c’est impossible ! J’aime trop d’auteurs totalement différents autant par la génération que le genre. Même en me demandant de choisir 3 auteurs préférés pour chaque genre, je ne suis pas sûre de pouvoir le faire.

VOUS ET MOI ■

9/ Comment et par quel titre m’avez-vous découvert ?
Par le biais de Chocolat Cannelle, il y a bien longtemps. Si je ne dis pas de bêtise, c’était une nouvelle érotique.

10/ Dans mes romans, lequel a votre préférence ?
C’est un peu comme les auteurs préférés, ça. J’ai un coup de stress, là ! (sourire) En fait, c’est dur de choisir, j’ai adoré chaque livre et chaque nouvelle lus, quel que soit le genre.

11/ Dans quel genre aimeriez-vous me voir écrire ?
Science-fiction ou pourquoi pas un thriller érotique.

12/ Expliquer ce qui vous plaît le plus dans mon écriture ? Idem, quel est mon plus gros défaut d’écriture ?
C’est une écriture qui parle directement à mon cœur. Pas facile d’expliquer. Il y a des auteurs comme ça, qui par leurs mots font ressentir des émotions particulières et te prennent aux tripes. Le plus gros défaut ? Je ne sais pas, honnêtement.

13/ J’écris dans 4 genres bien distincts : érotisme, historique, polar/thriller, aventures. Merci de les classer dans l’ordre de vos préférences.
1 : Érotisme (je suppose que c’est sans surprise)
2 : Historique
3 : Thriller
4 : Aventures.
Je le mets en quatrième position, seulement parce que je ne t’ai pas lu dans ce genre. Oui, j’avoue, je n’ai pas lu tous tes livres, mea culpa.

MINI PORTRAIT CHINOIS ■

14/ Si vous étiez un livre ?
L’étranger, d’Albert Camus

15/ Si vous étiez un auteur ?
Honoré de Balzac

16/ Si vous pouviez réaliser votre plus grand rêve de lecteur, quel serait-il ?
Avoir un de tes livres dédicacé et te rencontrer ? (sourire)

17/ Si vous étiez le héros de l’un de mes romans, lequel serait-il ?
Angie !!! (rire)

VOTRE CONCLUSION

Je finirai juste par une citation : « Un livre est un ami qui nous parle tout bas »

■ ■ ■

Mon commentaire de fin
Nathalie a été parmi les premières à lire mes nouvelles érotiques pour les chroniquer. J’en garde un très bon souvenir d’échanges très sympa, ouverts, avec des commentaires objectifs et sincères.
Ainsi, tu me verrais bien dans la science-fiction, toi aussi ? Cependant, j’avoue que ne me sens guère capable d’écrire de tels récits. Depuis que je lis cette suggestion qui est revenue dans pas mal de portraits, j’ai bien essayé de me creuser la tête et, en toute sincérité, je ne le sens pas. Je ne dois pas être doté d’un imaginaire futuriste ! Après tout, connaître ses faiblesses est une force, non ? rires !
Par contre, pour le thriller érotique, c’est impossible pour une raison bien simple. Les codes sont trop différents et les lecteurs de chaque genre n’aimeraient pas cette mixité contre-nature ! Un peu de sexe dans un thriller, je l’ai déjà fait, mais on est loin de l’érotisme pur dans lequel j’ai beaucoup écrit et par lequel tu m’as connu.
Tu as mis le doigt sur l’un des buts que je me suis toujours efforcé d’atteindre, tant dans l’érotisme que dans tous les genres auxquels j’ai touchés : susciter l’émotion du lecteur. Faire ressentir du désir, de l’envie avec un texte érotique, provoquer l’angoisse, l’appréhension dans un thriller, tels sont les objectifs vers lesquels un auteur devrait tendre. C’est la base ! Et pour y parvenir, il faut des heures et des heures de travail, d’apprentissage de la technique, tout en se remettant sans cesse en question.
J’ai souri au choix d’Angie. Pour ceux qui ne connaissent pas, Angie est l’héroïne de deux séries érotiques, chacune composée de quatorze épisodes très courts, qui avaient remporté un joli succès à l’époque : Les défis d’Angie et La revanche d’Angie, publiées chez HarperCollins, dans la collection HQN.
Enfin, notre rencontre pourrait fort bien avoir lieu l’année prochaine. En effet, je prévois de revenir quelques jours sur Château-Arnoux pour une longue séance de dédicaces. Ce serait bien le diable si on ne parvient pas à caser un rendez-vous ! Sauf erreur et si tu n’as pas changé, tu es proche de Manosque, non ? Donc, ça sent bon le livre dédicacé ! sourire.
Un grand merci de m’avoir consacré un peu de ton temps et d’avoir participé à cette série d’interviews !

Excellente fin de journée !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.