mardi 5 août 2014

Les larmes de Satan chez Imaginarium !



Les larmes de Satan, mon roman historique publié par les Éditions VFB, a été proposé en lecture sur le forum Imaginarium et Aurel629 a bien voulu rédiger une chronique, merci à elle.


Ce roman situe son action tout au long de la Seconde Guerre mondiale, en France occupée, jusqu’en Pologne où se trouvaient les camps d’extermination. C’est aussi le plus long que j’ai écrit et qui m’a procuré, en le rédigeant, d’intenses émotions.
Aurel629 - désolé pour le pseudo très impersonnel, je n’ai pas retrouvé votre prénom -  a donc signé une chronique très sympathique et elle figure maintenant dans la section Avis des lecteurs. Ce qui m’a donné, ipso facto,  l’occasion de faire entrer Imaginarium dans la rubrique des Blogs littéraires.

Deux petites réponses que je souhaite apporter à ce commentaire de lecture.
Je commence par le nombre de pages, il est très difficile d’annoncer un chiffre précis, car en fonction de la liseuse, du format de lecture et enfin, selon vos réglages personnels, ce sera toujours un paramètre très volatil et imprécis. J’en suis sincèrement désolé.

Enfin, chère Aurel629, concernant la remarque suivante :

— « Le côté héroïque d’Antoine rendait le personnage parfois irréel… Réussir tout seul à tuer 6 allemands sans prendre une seule balle, et survivre à un éclat d’obus avec un morceau de fer dans la jambe m’a paru assez mythologique… Ce genre de petits événements arrive tout de même fréquemment dans le roman et j’avoue que si on passait quelques pages on pourrait poursuivre notre lecture sans trop de soucis. »

Je comprends bien votre étonnement, mais s’agissant d’un roman basé sur la guerre et ses atrocités, ce que vous qualifiez de mythologique n’est que l’expression d’une vérité bien en dessous des tristes réalités vécues par des milliers d’hommes et de femmes. Tuer, être blessé, souffrir, se battre avec des éclats de grenades dans la chair, ne pas parler sous la torture, aller au peloton d’exécution en chantant ou faire le coup de feu à un contre dix, voire plus encore, c’était le quotidien des Résistants.

Je pourrais évoquer le maquis du Vercors où en juillet 1944, quelques centaines d’hommes mal équipés et peu armés ont été assiégés et se sont battus contre dix mille allemands, à un contre vingt. Ou encore ce lieutenant qui après avoir été éventré par des éclats de shrapnel est resté debout et a mené sa compagnie au combat avant de succomber d’une hémorragie. Ou encore, ce résistant, torturé par la Gestapo pendant plusieurs jours et dont je vous épargne volontiers les détails, qui a trouvé la force de se défenestrer à la première occasion pour ne pas céder à la torture et trahir son réseau. Ce môme de seize ans qui s’est opposé à l’arrestation de ses parents par les S.S. et qui n’a pas hésité à en abattre trois, blessé deux autres, avant de pouvoir prendre la fuite avec eux...
Je pourrai vous citer des centaines de témoignages, tous plus incroyables les uns que les autres, la plupart inconnus et provenant de petits anonymes, ces sans-grade, ces oubliés de l’Histoire qui nous ont offert la Liberté au prix de leur sang et le plus souvent de leur vie.

Croyez bien que mon roman est largement en-dessous de la vérité. Je vous invite à discuter avec des survivants, si vous avez la chance d’en connaître, qui ont malheureusement vécu ces événements comme acteurs. C’est souvent bouleversant et leur héroïsme relève bien effectivement de la mythologie, dans le sens le plus noble du terme.
Vous comprendrez mieux que les Larmes de Satan ne fait que confirmer un adage bien désolant, la réalité dépasse trop souvent la fiction... et que tuer six allemands ou se battre avec un éclat de grenade dans la cuisse, cela n’était qu’un détail et n’avait rien de grandiose pour ces combattants de l’ombre.

La guerre a toujours exacerbé la lâcheté et le profit du plus grand nombre, mais aussi le courage d’une minorité pour qui la douleur, la souffrance et même la mort n’étaient plus des variables mais bien des constantes dans leur équation de vie. La guerre a toujours été le catalyseur des sentiments humains extrêmes, du pire au meilleur... et ce que j’ai écrit dans ce roman fait bien pâle figure au regard des vérités historiques.

En tout cas, un grand merci pour tous vos compliments qui m’ont beaucoup touché. Je suis ravi que ce livre vous ait plu à ce point.

Forum Imaginarium : http://theimaginarium.forumactif.org/
Trailer Les larmes de Satan : https://www.youtube.com/watch?v=z7hnphvn-kQ
Éditions VFB : http://www.vfbeditions.com/

Bonne journée !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.