jeudi 28 août 2014

Définir son genre littéraire !



Un petit retour sur les techniques littéraires afin de répondre à une question posée par email et qui m’a, je le reconnais, posé problème. Comment définir son propre genre littéraire et le travailler afin d’y être à l’aise. À défaut de donner une réponse exhaustive, voici quelques pistes.


Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?
On va rapidement passer sur La Poétique d’Aristote, pour dire que c’est le concept qui permet de classer un texte, quel que soit son format, dans un genre défini par son registre et propre à stéréotyper l’ouvrage avec des codes bien définis et connus du public. Un lecteur s’attend toujours à une intrigue, à des bons et des méchants, un ou plusieurs meurtres, etc. lorsqu’il veut lire un polar. C’est finalement un concept important puisqu’il va, en plus, définir votre style et votre registre.
Enfin, c’est l’adéquation entre votre genre littéraire et la ligne éditoriale d’une maison d’édition qui sera importante pour le succès de vos futures recherches. Eh bien oui, ne riez pas, envoyer un recueil de poésie à un éditeur de polars est bien plus fréquent que vous ne le pensez...

Une liste de genres littéraires ?
Difficile de définir tous les genres littéraires, il en sort très régulièrement de nouveaux. Voici les principaux qui occupent généralement le devant de la scène, par ordre alphabétique.

- Aventures
- Bande Dessinée
- Bit-lit
- Chick-lit
- Conte
- Épistolaire
- Érotisme
- Espionnage
- Essai
- Fantastique
- Fantasy
- Historique
- Horreur
- Poésie
- Polar
- Romance
- Science-Fiction
- Théâtre
- Thriller

Et au-delà de ces genres purement littéraires, il faut intégrer la notion de longueur, nouvelle ou roman, pour faire simple. N’allez pas croire qu’être nouvelliste est une notion péjorative. Primo, c’est aussi difficile que la maîtrise du roman car les codes sont clairement établis et secundo, les éditeurs, à l’ère du numérique, en sont très friands.

Le genre littéraire n’est-il pas naturel ou inné ?
Peut-être bien que oui, peut-être bien que non... Cette réponse peu convaincante est pourtant une stricte vérité car finalement, ce sera votre talent et votre aisance à vous glisser dans un nouveau moule aux codes bien précis qui définira votre ou vos genres littéraires. L’aptitude à l’écriture relève sans doute du talent ou de la fertilité sans bornes de votre imagination, mais cela ne sera jamais suffisant. On n’écrit pas une nouvelle fantastique comme on peut rédiger un roman policier. Tout est différent alors que cela pourrait sembler absolument identique.
Maintenant, il est évident que depuis vos débuts en écriture, vous avez naturellement choisi un genre qui vous convenait et dans lequel vous êtes vraiment à l’aise. Ce qui n’empêche pas l’envie de vous essayer à d’autres domaines qui vous attirent par goût personnel. Et vous auriez raison !

Le danger du genre littéraire unique
Danger est un bien grand mot et si vous vous appelez Maxime Chattam ou Franck Thilliez,  cela vous fera sourire. À moins de vendre des millions d’exemplaires de vos livres - et dans ce cas, vous ne seriez pas en train de lire cet article ! - il y a un risque potentiel à s’enfermer dans un seul genre car votre lectorat ne vous suivra plus que sur un seul registre et risque d’être surpris, voire de bouder vos futures productions dans un autre style.
Apprenez à vous diversifier, autrement dit, ne trempez pas votre plume dans un seul encrier ! Cela implique de vous remettre en question, d’apprendre et surtout d’écouter le conseil de ceux qui savent. Et les possesseurs du savoir dans notre métier, ne cherchez pas trop loin, ce sont les éditeurs qui seront les juges impartiaux de votre écriture.

Le genre littéraire unique, revient-il à collaborer avec un seul éditeur ?
Au-delà des exclusivités ou des droits de préférence, il est certain qu’avec un seul genre de production littéraire, la tendance et le réflexe purement humain seraient de ne collaborer qu’avec une maison d’édition. Et c’est une erreur, d’autant plus lorsque l’on cherche à percer et à atteindre un peu de notoriété. N’oubliez pas que l’éditeur a un planning et vous n’êtes pas le seul auteur de son écurie. Si vous voulez produire souvent et régulièrement, optez pour la multiplication des éditeurs. Mais attention ! Faites votre nid, choisissez bien et ensuite, soyez fidèle en alimentant régulièrement ces maisons. Répondez toujours à leurs demandes et fournissez des projets à chacun d’eux. Votre existence d’auteur sera à ce prix.

Comment se diversifier en plusieurs genres littéraires ?
Un seul mot d’ordre, il faut essayer et avoir autour de soi des amis sincères, étant de grands lecteurs et capables de vous dire en face la vérité. Je vous rassure, on peut réussir en n’ayant qu’un seul style littéraire, les preuves autour de nous sont suffisamment réelles et bien concrètes. Maintenant, pour multiplier vos chances, il n’y a qu’une seule option. Écrire, écrire souvent, écrire beaucoup et tant pis, si cela ne se termine pas à chaque fois par un contrat d’édition. L’écriture est un apprentissage permanent et si vous êtes déjà édité, parlez de votre projet avec la personne qui vous suit, généralement un directeur éditorial ou un directeur de collection. Il vous donnera de bons conseils et saura vous guider, car il connaît déjà bien votre style.

Une astuce pour se frotter à plusieurs genres littéraires ?
Je vais même vous en donner deux, pour être précis.
La première consiste à prendre un scénario simple. Disons, deux personnages au grand maximum et une action précise, par exemple, un accrochage en voiture. Imposez-vous une longueur de texte assez courte, 10.000 CEC (Caractères Espaces Comprises) soit plus ou moins quatre pages Word. Déclinez le même scénario en autant de genres littéraires que vous souhaitez en apportant à chaque fois autant de soins et d’investissement personnel. Cette histoire peut devenir du fantastique, un bon thriller ou encore de l’érotisme.
Vous verrez que certains genres vous sembleront tout simplement évidents et vraiment plus faciles que les autres. Quand vous aurez achevé vos essais, envoyez le tout à votre éditeur, s’il est d’accord bien sûr, ou à vos amis lecteurs. Les sanctions seront sans appel !
La deuxième astuce, ce sont les concours ! Eh oui, les amis, je vous en ai souvent parlé et c’est encore la meilleure piste pour savoir dans quel genre littéraire vous vous situez vraiment. Choisissez vos joutes littéraires, optez pour différents styles de concours et participez ! Ce sera aussi un bon indicateur en fonction des retours que vous obtiendrez.

Conclusion
Alors, si je ne peux écrire que dans un seul genre et je n’ai qu’un éditeur, je suis condamné à péricliter ?! Bien sûr que non. Ce n’est pas le but de ce billet et avant vous, d’autres ont réussi avec un seul style pour unique bagage.
Multiplier les genres, s’essayer à autre chose, découvrir, apprendre, c’est un peu la base du métier d’auteur. C’est une façon d’avancer et de se donner les moyens de réussir. C’est aussi un pari sur vous-même en essayant d’outrepasser les limites naturelles de votre imagination et de votre faculté à écrire différemment un récit.
Votre passé de lecteur et vos expériences de vie seront les piliers fondamentaux de votre genre littéraire. Inconsciemment, vous avez découvert et intégré les codes d’écriture de votre genre de lecture préférée et enfin, vous saurez parler de ce que vous connaissez bien pour l’avoir vécu.
Votre talent fera le reste ! Promis.


Excellente journée !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.