vendredi 4 juillet 2014

L'organisation de l'auteur !



C’est un chapitre qui peut paraître évident et qui pourtant mérite quelques explications. L’organisation est l’un des axes prioritaires de l’auteur, principalement lorsqu’il se lance dans cette activité à titre professionnel. Voyons ce que cela implique et quelques pistes à ne pas négliger.


Quelles sont les tâches habituelles d’un auteur ?

Les principales
- La préparation à l’écriture (collecte d’informations, création de personnages...)
- L’écriture
- La correction
- La réécriture (reprise de tout ou partie du texte sur demande de l’éditeur)
- La promotion des ouvrages publiés
Les secondaires
- La veille internet (suivi des critiques, des commentaires...)
- Répondre aux messages des lecteurs
- Mettre à jour le blog
- Les échanges avec les éditeurs
- Les relectures pour accord définitif de BAT (très chronophage !)
- Les envois de manuscrits
- L’animation des réseaux sociaux
- La réflexion sur les projets futurs
- Etc.

Comment s’organiser ?
Il faut définir deux axes principaux.
Si l’écriture est un passe-temps, vous agirez en fonction de votre temps libre, c’est évident.
Par contre, si vous souhaitez vous professionnaliser, vous n’aurez d’autres choix que d’opter pour une organisation millimétrique et quasi chirurgicale. L’organisation de son travail est une affaire personnelle et d’ailleurs, je connais des « bordéliques » très bien organisés ! Hum ! Partant du principe que je suis un rêveur, bordélique et feignant, je vous donne quelques pistes qui vous aideront à surmonter ce cap difficile.

Dès le début, il faut tout noter
C’est vital ! Munissez-vous d’un agenda ou fabriquez vos propres outils, avec Excel par exemple, afin de tout enregistrer. Les dates d’envoi des manuscrits, les adresses mail, les réponses reçues (positives et négatives), les noms de vos interlocuteurs, etc. Ce sera votre seconde mémoire et je vous garantis que vous y retournerez souvent pour y piocher des détails importants ! Utilisez le gestionnaire de tâches sur Windows Microsoft et pensez à programmer des alertes. Fastidieux ? Absolument pas. Par contre, en faisant tout cela et même si ça vous semble faire doublon ou être inutile, vous n’imaginez pas les retombées positives, directes et indirectes. Directes, car vous n’oublierez plus rien (ou presque !), indirectes parce que votre éditeur saura qu’il peut compter sur vous.

La feuille de route
C’est une note qui se remplit la veille, parfois le jour même et en urgence, sur laquelle vous portez toutes les tâches impératives du jour. Une feuille de brouillon suffit et pour ma part, je l’achève quand je termine mon travail le soir ou la nuit. Le lendemain matin, dès que j’arrive devant mon clavier, je reprends ma note et je sais exactement ce que dois faire, sans perte de temps. C’est une bonne méthode pour éviter de se disperser et de perdre de l’énergie inutilement.

Hiérarchisez vos tâches
C’est très souvent une question de bon sens. Une réécriture à la demande d’un éditeur est prioritaire sur le projet que vous rédigez actuellement. Le premier est signé, le second n’est qu’un projet, comme son nom l’indique. Faites vos promotions et remettez à plus tard l’envoi d’un manuscrit, de toute manière, pour le dernier, vous patienterez quelques mois.
Soyez logique et n’oubliez pas qu’un projet signé chez un éditeur implique toute une équipe, même si celle-ci reste encore une nébuleuse très diffuse à vos yeux. Un contrat signé signifie l’implication d’une éditrice, d’un correcteur, d’un infographiste pour la couverture, etc. et tous ces gens dépendent de votre réactivité comme du temps que vous mettrez à répondre aux demandes. Dans une maison d’édition, comme dans toutes entreprises, le temps, c’est de l’argent, ne l’oubliez pas. Votre désorganisation peut freiner, voire déstabiliser complètement l’organisation pointue de votre éditeur et il ne vous le pardonnera pas.

Imposez-vous des délais pour chaque tâche
Répondez à vos éditeurs en instantané et à vos lecteurs sous vingt-quatre heures. Quand l’éditeur demande une réécriture, généralement, il vous donnera une deadline (date butoir) et surtout, ne la dépassez jamais ! Si le délai vous semble trop court, dites-le immédiatement. Normalement, vous devez connaître votre rythme d’écriture et ce que vous êtes capable de produire ou non. Soyez ponctuel, sérieux et respectez vos engagements, c’est primordial et sans organisation, vous n’y parviendrez jamais.

Organisez votre matériel informatique
Sur votre disque dur, créez un répertoire dans lequel vous organiserez les différentes sections importantes de votre métier. Il n’y a rien de pire que de chercher un texte, une archive ou l’échange de courrier avec un éditeur... L’image ci-dessous vous donne une approche, à vous de créer votre organisation avec laquelle vous serez le plus à l’aise.


Organisez votre boîte e-mail
Il est possible, sous Microsoft Outlook, de créer des règles de message. Cela signifie que vous allez créer des répertoires personnalisés et dès qu’un message provenant d’une certaine personne arrivera, il sera automatiquement rangé dans la bonne case. Ainsi, d’un simple coup d’œil, vous savez qui vous a écrit et vous pourrez juger de l’importance ou de l’urgence d’une éventuelle réponse. Si vous ne savez pas le faire, suivez le tutoriel ci-dessous.

Quelques astuces supplémentaires
- À moins de camper devant votre ordinateur, il vous arrivera obligatoirement d’être absent de votre domicile. Pensez à connecter votre smartphone sur vos boîtes mail, votre blog et les réseaux sociaux. Suivez tout et selon l’importance, vous jugerez s’il est utile de répondre ou de donner une suite éventuelle.
- Maintenez votre biographie et votre bibliographie à jour. Certains éditeurs les glissent dans leurs publications et ils seront contents de ne pas avoir à courir pour rassembler toutes les informations vous concernant, y compris vos photos (cf. illustration ci-dessus). Faites-les suivre à tous vos éditeurs après chaque modification.
- Quand vous sortez un livre, fabriquez immédiatement un fichier texte avec toutes les informations utiles de l’ouvrage. En le faisant à l’aide du bloc note Windows, vous pourrez ensuite intégrer les renseignements par simple copier-coller. Vous n’imaginez pas le temps que vous gagnerez ensuite ! Voici un exemple ci-dessous.


- Créez tout de suite vos documents d’aide sous Word ou Excel. Fiches des personnages, chapitrage, story board, synopsis, décompte des CEC et des mots, formats DOT pour nouvelle, roman et a fortiori, les DOT avec les prérogatives de vos éditeurs... Je vous ai parlé de ces documents et de leurs rôles dans les articles précédents, n’hésitez pas à les consulter en rubrique Conseils.
- Un truc tout bête, même si vous utilisez le suivi des modifications dans Word, conservez toutes les versions d’un même texte. En cas d’erreur, vous trouverez facilement d’où cela provient. Datez votre version, cela facilitera aussi le travail de classement et de recherche d’antériorité.

Conclusion
Vous trouverez beaucoup d’autres astuces par vous-même, en essayant de simplifier vos tâches comme bon vous semble. N’oubliez pas de les partager, au passage ! Maintenant, je vous rassure, même en appliquant tout ce qui précède, il m’arrive encore régulièrement d’oublier des tâches importantes, de passer à côté de quelque chose d’urgent. Mais... Imaginez ce que cela pourrait donner si je n’avais pas cette organisation à la base ? Ça laisse songeur...
La seule conclusion possible est que le métier d’auteur ne souffre aucune approximation. Rien ne se fait au hasard et gardez ceci à l’esprit.

Tout le temps gagné grâce à une bonne organisation pourra être consacré à l’écriture !

Et c’est quand même le plus intéressant pour un auteur, pas vrai ?!
Bon courage et bonne organisation.

Excellente journée !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.