samedi 12 juillet 2014

Si les fessées... dans le Mag d'Harlequin !



Mon éditeur HQN et la maison-mère, Harlequin ont mis la fessée à l’honneur pour les vacances. Si vous suivez ce blog régulièrement, vous savez déjà que tous les vendredi, vous aurez un nouvel épisode de Si les fessées m’étaient contées à lire jusqu’à la fin des vacances !


Je remercie mon éditeur, HQN, bien entendu, ainsi que l’équipe du Mag d’Harlequin car ils évoquent cette série afin de vous la faire découvrir. J’en suis très heureux et en lisant les retours des lectrices qui me parviennent, je pense que cette saga soulève autant de questions que de curiosité tout en vous faisant découvrir un nouvel aspect des amours les plus torrides.

Pour répondre à l’ensemble de vos questions, n’étant ni psychiatre ni sexologue, je vais faire court et résumer vos multiples messages en une seule approche globale.
Tout ce que je peux dire c’est que pour l’instant, Mesdames, vous avez l’esprit plus ouvert et une attente bien légitime que ces Messieurs sembleraient ne pas comprendre. Tiraillés entre surprise, doute, une certaine inquiétude et le manque de savoir-faire, ils ne répondent pas à vos envies ? Alors mettez en pratique le conseil qui suit.
Téléchargez la série et commencez par vous faire plaisir en la lisant puis, l’air de rien et avec beaucoup d’innocence, conseillez-la à Monsieur. S’il refuse, attachez-le à une chaise et lisez à haute voix. Je laisse à votre guise d’attacher Monsieur avec ou sans habit, le choix du moment et la façon ou l’endroit où vous pourriez lui lire l’une de ces nouvelles. Si cela se révélait encore insuffisant, profitez de son immobilité forcée pour lui démontrer le bien-fondé d’une fessée. Je laisse à votre imagination le soin de poursuivre l’expérience une fois que Monsieur sera à votre merci... Bien entendu, je décline toute responsabilité pour les suites éventuelles de votre lecture. Amusez-vous bien !

Les dernier épisode en vente depuis vendredi 11/07 : Con-fessée !
- Résumé
Pardonnez-la car elle aime pécher…
Olivia est un appel au fantasme. Olivia est une incarnation de la sensualité. De la sexualité. Oui mais voilà, Olivia est inaccessible ; pourquoi la belle boulangère, connue pour ses mœurs très, très légères, s’intéresserait-elle à un simple ébéniste comme lui ? Mais un jour, alors qu’il répare le vieux confessionnal de l’église du village, Olivia y entre pour se confesser. Et il découvre alors toute l’étendue de ses péchés… et de sa perversité !

Bon week-end, (avec ou sans fessée) !
Amitiés littéraires

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.