dimanche 23 juin 2013

Critique littéraire, vérité, contre-vérité et exemple !



Dès que l’on écrit et que l’on est publié, on se retrouve confronté à un phénomène de taille et incontournable : la critique de ceux qui nous lisent. C’est le jeu et c’est très bien ! Comment se faire connaître sans passer par les commentaires de ceux qui ont eu la gentillesse d’acheter puis de lire nos textes ? Non, bien au contraire, merci à tous ces gens qui prennent le temps de dire quelques mots sur nos livres. Au-delà, il faut ouvrir le débat sur un domaine épineux.

Au sujet des critiques anonymes.
Si vous écrivez et si vous êtes édité, vous allez nécessairement susciter des jalousies ou des rancunes. Il suffit de vous rendre sur Amazon, avec le premier épisode de ma nouvelle série Les défis d’Angie pour vous en rendre compte. Deux avis, bien entendu anonymes, qui incendient un texte que ces deux personnes n’ont même pas téléchargé et encore bien moins lu car leurs critiques sont inappropriées au contenu de la nouvelle. Cela me fait sourire... De plus, Amazon ne certifie un commentaire que si la personne l’a réellement téléchargé. Ce qui n’est pas le cas pour ces deux critiques de haute voltige. Par conséquent, mieux vaut les ignorer et ne pas en tenir compte.

Heureusement, il y a les blogs littéraires ?
Il existe un système, fort écouté et suivi par toutes les maisons d’édition comme par les auteurs, ce sont les blogs littéraires. Dans ce domaine aussi, il y a de tout, mais pour la grande majorité, ce sont des lecteurs intègres, impartiaux et le plus souvent, non assujettis à une maison d’édition et donc indépendants. J’aime cette liberté de penser.
Ce sont de vrais passionnés, comme vous et moi, des gens qui lisent vraiment et partagent ensuite leur avis sur un ouvrage, sans chercher à faire bien ou mal, mais simplement en énonçant une vérité objective. Un avis qui reste malgré tout le leur et non celui des autres. Un système qui me convient complètement et qui a ma préférence.
Merci à tous ces passionnés, j’ai beaucoup de respect pour ce que vous faites et trop souvent dans l’ombre, à mon goût.

Alors, comment faire le tri dans tout cela ?
Donnez toujours votre préférence à ceux qui ne se cachent pas derrière un pseudo aléatoire. Cet anonymat de bas étage qui leur donne l’illusion de jouer à Dieu le père en pouvant dire du mal gratuitement. Vous trouverez toujours des incapables, des frustrés de la plume et des refoulés des maisons d’édition. Ces rares équilibristes de la critique sur le fil de la jalousie passent leur temps à juger les autres afin d’assouvir une petite vengeance personnelle dont la bassesse n’a d’égale que la stupidité. Personne n’est dupe devant leurs diarrhées verbales négatives, souvent faites de phrases insultantes. Cela passera généralement inaperçu et fera au mieux sourire. Traitez-les tout bêtement par le mépris et le silence.

Finalement, qu’est-ce donc qu’une bonne critique ?
Entre vérité et contre-vérité, je termine sur une note positive en vous donnant le bon exemple.
Vous pourrez lire, ci-après, une critique de Chocolat Cannelle, Directrice éditoriale de la collection E-ros au sein des Éditions D. Leroy. Steph possède et anime un blog littéraire très suivi dans l’érotisme. Je travaille avec elle, publie des ouvrages dans sa collection et elle vient d’écrire un billet sur deux de mes nouvelles. Quand je parlais d’objectivité et d’impartialité, c’est le meilleur exemple.
D’aucuns pourraient croire qu’elle allait m’encenser, dire que je suis un bon auteur et tutti quanti ! Loin s’en faut... Et c’est cela que j’apprécie. Steph ne se cache pas derrière un pseudonyme et reste une vraie professionnelle de l’édition. Donc, un grand merci pour ce très bon article !
Marie-Gabrielle, nous avions effectivement évoqué ensemble cette nouvelle qui n’avait pas retenu son attention. Tout ne peut pas plaire à tout le monde et fort heureusement ! La diversité de l’offre ne met en avant qu’une seule vérité : Des goûts et des couleurs, il ne faut point discuter !
Enfin, étant donné les chiffres des ventes que j’ai en retour pour ces deux nouvelles, cela semble bien lui donner raison... Elles plaisent beaucoup, principalement Libres échanges, toujours bien classée.

CONCLUSION

— Regardez, lisez, suivez, mais ne vous mêlez pas à un débat contradictoire perdu d’avance.
— Choisissez bien votre éditeur, écoutez-le, il sera toujours de bon conseil.
— Si l’on dit du mal de votre livre, ce n’est pas grave. Au contraire, on parle de vous.
— Préférez les auteurs ou les blogs littéraires, faites-en l’écho et oubliez le reste.
— Bon ou mauvais, il faut rester humble et comprendre que l’on doit toujours progresser.
— Si vous ne voulez pas être critiqué, c’est simple... N’écrivez pas !
— Savoir se remettre en question est vital pour un auteur.
— Et enfin, gardez toujours le sourire. Vous ne pourrez jamais faire l’unanimité !

Bon dimanche à tous,
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.