jeudi 13 juin 2013

Bilan d'une année entière de concours littéraires !



Comme je l’ai toujours soutenu et conseillé, les concours littéraires sont une bonne solution pour se confronter aux autres et faire le point sur ses capacités. Je ne parle pas volontairement de talent car le plus souvent, celui-ci relève, comme les palmarès de ces dits concours, du subjectif pur et simple.
Je vous donne mon bilan personnel qui, je le pense, peut vous inciter à participer et concourir avec la même ferveur et surtout, beaucoup d’obstination et de persévérance. Car on ne gagne pas à tous les coups et si pour vous ce genre de joutes littéraires doit se solder par une place sur le podium, alors fuyez ! Vous serez très déçu... Car l’important est de participer, de se faire remarquer et si vous êtes vraiment bon, de vous faire éditer. Point.

BILAN CONCOURS DU 01/01 au 31/12/2012

Participation à 45 concours littéraires dont 2 en romans, 12 en poésie et 31 en nouvelles.
3 annulations dont 1 par décès de l’organisateur, 1 par manque de participants et le pire,  1 déclassement car je ne pouvais me déplacer pour récupérer mon prix (!). Donc, 42 concours retenus pour les calculs.
17 résultats positifs sur l’ensemble, soit 40 %, dont :
— Classé dans les trois premières places : 9 fois (21 %)
— Classé entre la 4e et la 10e place ou retenu pour l’anthologie du concours : 8 fois (19 %)
25 résultats négatifs (ni placé, ni retenu et encore moins édité), soit 60 %.
Retombées directes :
1 roman édité
— Publié dans 5 anthologies
2 nouvelles publiées par voie de presse
1 adaptation théâtrale
3 articles médias régionaux.

Et le véritable bilan, quel est-il ?
Je pense que tout ceci m’a mis le pied à l’étrier et engagé à m’obstiner pour me faire publier. Je n’ai pas un ego démesuré, je voulais simplement savoir où je me situais par rapport aux autres. Et au final, c’est une véritable aventure humaine ! Grâce à ces concours, j’ai fait des rencontres magiques – Des représentant(e)s d’association, de bibliothèque, de ville ou encore parmi les éditeurs et d’autres auteurs... – j’ai eu de très belles émotions comme des coups de colère dévastateurs. Bref, tout ce qui forge un auteur et l’aide à progresser.
Cela demande un investissement énorme en temps surtout quand, parallèlement et en dehors de ces concours, vous écrivez d’autres textes afin de les soumettre aux éditeurs.
Cela fait plus de deux ans que j’écris, à raison de dix à quinze heures par jour, sans congé ni prendre le moindre week-end. Ceci expliquant certainement cela...
Ai-je un regret ? Oui, bien sûr, celui de ne plus avoir le temps de participer...

Alors, je vous engage à suivre ce chemin, Ô combien difficile, aux nombreux écueils, jalonné de grandes déceptions et d’immenses colères mais dont les rares récompenses vous apporteront un bonheur démesuré et vous feront croire en vous-même.
Bonne participation !

Bonne journée,
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.