samedi 23 avril 2016

Coaching d'écriture VS expérience d'auteur partagée !



Ce matin, j’ai dégusté un article très sympa chez mes amies et collègues Valéry K. Baran et Hope Tiefenbrunner sur l’écriture à quatre mains, d’autant plus appréciable, que je suis actuellement concerné par ce thème. Comme d’habitude chez elles, l’article est bien ficelé, détaillé, on y apprend beaucoup de choses et cerise sur le gâteau, c’est gratuit ! Peu après, au cours de ma veille internet, je suis tombé par hasard sur ce que l’on appelle le coaching d’écriture et leur célèbre mot d’ordre « Devenez écrivain ». Et là, j’ai dégoupillé, pour rester poli. Petite visite au pays des gros malins qui cherchent à tondre la plume des écrivains débutants...


Le coaching d’écriture, c’est quoi ?
Ce sont des auteurs qui affichent souvent des CV impressionnants mais... qui sonnent faux. Bref, ces « auteurs » organisent des journées, des séminaires au cours desquels vous allez devenir écrivain en quelques heures, prêt à publier le best-seller de l’année dans les jours qui suivent. Vous avez les mêmes qui ne vendent leur soupe que via leur blog, sur la toile. Avec des réductions impressionnantes pour attirer le chaland, des prix sur leur livre de formation, des conseils inédits. Du coup, j’en ai parcouru quelques-uns et ces gens-là maîtrisent parfaitement le marketing agressif. Pour accéder aux pages du blog, vous devez payer ou donner votre adresse mail, etc.
Bref, ce coaching d’écriture est à mourir de rire ! Ne tombez pas dans ce panneau. Vous allez perdre de l’argent et votre manuscrit n’en sera pas mieux écrit pour autant et ne séduira toujours pas plus les maisons d’édition. Un exemple de conseil professionnel qui m’a fait rire ?
Eh bien, c’était : Comment donner un titre à son livre. Ah, mes amis, le déroulé est très précis, on vous décrypte tout le mécanisme de l’attribution d’un titre sauf que... neuf fois sur dix, pour ne pas dire à chaque fois, c’est l’éditeur qui le choisira après avoir poliment mais fermement refusé le vôtre. Pourquoi ? Parce qu’une maison d’édition a l’expérience, sait ce qui plaît, comment éviter les confusions du genre et ainsi de suite. Après quatre années de production, cela m’arrive encore très régulièrement et force m’est de constater que mes éditrices ont toujours raison. Pourtant, j’ai eu des titres auxquels j’étais vraiment attaché et que j’ai abandonnés avec regret...

Alors, tous les coachings d’écriture seraient à fuir ?
Oui, tant qu’ils sont payants. On ne paie pas pour apprendre des bêtises et surtout auprès de gens qui n’ont jamais rien publié de probant. Si vous tenez à perdre de l’argent, lancez au moins une recherche Google sur le nom du coach et examinez soigneusement ce qu’il a vraiment écrit pour s’autoriser le paiement de ses conseils. C’est un minimum !

Quel serait le bon coach en écriture ?
Vous trouverez aussi sur le web des systèmes de coaching, généralement associatifs et tenus par des passionnés de l’écriture. Ils ne vous promettront pas d’écrire un best-seller, mais ils vous donneront les premières bases, de manière désintéressée et surtout gratuite. Vous y apprendrez la typo, l’organisation d’un projet, comment se corriger, les différences entre roman et nouvelle, etc. Bref, une mine d’informations à votre disposition et gratuite qui vous permettra de réellement progresser.

Le partage d’expérience des auteurs
C’est tout simple, prenez des auteurs qui ont un peu d’ancienneté dans l’écriture, publiés à compte d’éditeur et si possible dans des maisons sérieuses. Suivez leurs conseils, échangez avec eux, posez des questions, informez-vous, essayez de comprendre leurs techniques d’écriture en lisant ce qu’ils produisent... Vous verrez, ce sera riche d’enseignement de toutes sortes.
Je le disais en préambule de ce billet, je me suis régalé à lire un article public et donc gratuit, signé par deux amies auteurs. J’ai appris et renforcé mon expérience personnelle sur un sujet donné qui m’intéressait. Saviez-vous qu’entre nous, auteurs, nous échangeons énormément ? Nous nous donnons des astuces, des conseils et les plus anciens apportent leur soutien à ceux qui débutent. Bon, je suis d’accord, tous les auteurs ne sont pas dans le même état d’esprit. Soit ! Mais si vous cherchez bien, vous en trouverez quelques-uns. Promis.

Conclusion
Allons, cessez de rêver et ce n’est pas en sortant votre carte bleue que vous deviendrez auteur et que les maisons d’édition s’arracheront votre projet. Commencez donc par écrire, par bien aiguiser votre plume et surtout, apprenez ! Discutez avec des auteurs qui ont fait leur preuve et parcouru le même chemin que vous vous apprêtez à prendre. Ce sera plus positif que tous les coachings d’écriture payants réunis.
Savez-vous quel est le secret pour devenir auteur ? Eh bien, c’est comprendre que vous ne cesserez jamais d’apprendre, que tous les jours vous devrez vous remettre en question, affronter les désillusions et engranger plus d’échecs que de réussites, qu’il vous faudra de la patience, de la volonté, de la force morale propre à balayer tous vos acquis et tous recommencer, encore et encore, sans fin, jour après jour. En comprenant cela, vous aurez de bonnes fondations pour l’avenir et il ne restera plus qu’à construire votre propre expérience sur cette base solide.
Alors, dans le match coaching d’écriture vs expérience d’auteur, qui l’emporte ? C’est très net : Les coachings gratuits, les groupes de lecture - écriture associatifs et surtout, les auteurs ! Allez chercher vos conseils auprès de ceux qui partagent votre passion de l’écriture sans viser votre portefeuille. La démarche me semble beaucoup plus saine.


Très belle fin de journée !
Amitiés littéraires.

2 commentaires:

Exprimez-vous ! Merci d'avance.