mercredi 20 novembre 2013

Quelques réponses à vos questions !



Un titre générique pour vos dernières questions sur mon activité et auxquelles je réponds ci-après. Cette fois, l’essentiel de celles-ci concerne la technique d’écriture et provient de jeunes auteurs. Je partage bien entendu et avec beaucoup de plaisir ma courte expérience. Vous trouverez à la fin quelques réponses sur des généralités et le programme 2014.

Combien de temps passez-vous à l’écriture de vos nouvelles ou de vos romans ?
L’écriture est évidemment mon sujet préféré. J’ai la chance de ne pas manquer d’idées et encore plus de savoir saisir mes textes relativement vite sur un clavier. En moyenne, j’écris une nouvelle en une journée et un roman en deux à trois semaines. Si cela peut surprendre, je fais un petit rappel sur mes journées qui cumulent, en moyenne, une quinzaine d’heures de présence, sans week-end ni vacances, avec parfois, des élans nocturnes incontrôlables ! Et je ne parle que de l’écriture, pas des corrections ni de l’entretien du blog ni du reste...

Est-ce que vous vous relisez ?
Oui, bien sûr. J’écris un chapitre, le relis une première fois et y apporte quelques corrections à la volée avant de le sauvegarder puis de passer au suivant.

Comment faites-vous vos corrections ?
Je fais une première correction générale avec un logiciel spécialisé puis je m’attelle à plusieurs passes différentes. Je commence par traquer le principal, l’orthographe, la grammaire, la syntaxe et ainsi de suite. J’en fais une autre sur les répétitions et le style de langage. Une autre sur les dialogues où je m’évertue à rendre les échanges entre les personnages le plus crédible possible. Ensuite, vient le tour des incises et, le plus horrible à mes yeux, les concordances de temps (rires) où je m’arrache régulièrement les cheveux.
Ensuite, j’envoie à l’éditeur qui me fait part de ses commentaires, conseils et directives. Dès que j’ai le retour, je les mets en application, scrupuleusement, avant de lui retourner la version définitive, en respectant toujours les délais imposés, bien entendu.

Acceptez-vous les conseils et corrections dictés par vos éditeurs ?
Je le dis et le répète souvent, je suis un auteur au tout début du chemin. Je travaille avec plusieurs éditeurs et j’écoute chacun d’eux, je mets en pratique leurs conseils et surtout j’apprends en me remettant en cause constamment.
Si un auteur sait raconter une histoire, y mettre du suspense ou de quoi faire rêver son lecteur, l’éditeur sait parfaitement de son côté comment passer cette émotion au lecteur avec toute la technique linguistique adéquate qui s’impose ! Et croyez-moi, cela représente des heures de travail, avec parfois la réécriture complète d’un texte, mais cela reste enrichissant et constructif car nécessaire pour contenter son lectorat et utile pour l’auteur en plein apprentissage. Nier cette évidence, c’est rejoindre le bataillon des amateurs qui publient rarement, voire jamais.
L’écriture est une école d’humilité dans laquelle il est difficile d’entrer et où il ne faut pas hésiter à jeter ses a priori ainsi qu’à oublier ce que l’on a toujours tenu pour bien acquis.

Comment avez-vous fait pour être édité autant de fois en 2013 ?
Tout d’abord, cela n’a rien à voir avec la chance et c’est principalement la somme de beaucoup de travail avec les heureuses rencontres et les bons éditeurs.
Ensuite, plusieurs choses demeurent primordiales. Les éditeurs cherchent des auteurs capables de leur proposer des histoires régulièrement. C’est un premier point. Après, ils apprécient que leurs auteurs se remettent en question et suivent leurs conseils sans camper sur des positions du style « mon texte est le meilleur... Pas besoin de corriger... J’ai toujours raison... ».
Bref, si vous avez de bonnes idées et si vous êtes capable de travailler énormément, en écoutant vos éditeurs, vous aurez toutes les chances de voir vos écrits se faire publier.

2014 sera la même année que 2013 ? Pourrais-je en savoir plus sur vos prochaines publications ?
J’espère simplement que 2014 sera une meilleure cuvée que 2013 ! Quoi qu’il en soit, je fais profil bas, je continue à apprendre, j’affine mon style et je suis bien décidé à produire encore beaucoup de textes. Il y aura de l’érotisme, du thriller, du polar et du fantastique, sous forme de nouvelles et de romans, c’est promis. Mais pas seulement... Il y aura une belle opération en février 2014 et nous en reparlerons, le moment venu.

Quand pourrons-nous trouver vos titres édités papier en numérique et vice versa ?
Très bonne question. L’édition est en pleine effervescence en France et beaucoup de maison d’édition sont en train de prendre le virage. Maintenant, sur ce marché fluctuant et ô combien risqué, les éditeurs ne prennent pas de paris inconsidérés, d’autant plus avec un auteur peu ou pas connu. Même pour les grands noms de la littérature, il y a souvent eu de grands flops retentissants et des échecs cuisants.
De mon côté, j’ai fait le choix de ne pas souscrire au compte d’auteur et je dépends donc des décisions stratégiques de mes éditeurs. Cela s’inscrit dans une logique absolue que je respecte complètement.
Si un jour j’atteins une certaine notoriété, j’espère que mes textes seront publiés dans les deux formats. Maintenant, gardez à l’esprit que ce genre d’opération, le lancement simultané en papier et numérique d’un roman, représente un investissement très lourd.

Pour conclure, avec les prix des liseuses rendus abordables en 2013, vous pouvez facilement rejoindre les 500.000 autres acheteurs de tablettes (statistiques officielles des ventes pour cette année) et ainsi me lire comme bon vous semble !

Petit rappel pour les jeunes auteurs, découvrez la page Conseils de ce blog.

Excellente journée à tous,
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.