Érotisme




« S’il est bien domaine difficile à aborder en bonne compagnie, c’est bien celui-ci. Parler d’érotisme, c’est avant tout parler de la vie, n’en déplaise à certains. Parler de la vie, c’est aussi raconter les choses de l’amour et donc du sexe. Alors pourquoi autant de tabous chez les gens bien pensant ? Je l’ignore. Mais une chose demeure certaine, c’est que je suis prêt à parier que la section de ce blog qui sera la plus visitée sera celle-ci ! 

© Sandra Celentano

Qu’on me montre du doigt ne me dérange pas. J’assume totalement tous mes écrits, de mes textes poétiques classiques jusqu’aux nouvelles érotiques les plus dévergondées. J’aime ma liberté comme je respecte celle des autres ! Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, merci d’aller jeter un œil sur ma biographie avant de vous jeter sur cette page !
Oui, j’écris des poèmes, des nouvelles et des romans dont l’épine dorsale reste le sexe. Et alors ? Ai-je envie de vous demander.

© Sandra Celentano

Ensuite, si j’écris ce genre de projet c’est aussi parce qu’il y a des amateurs pour le genre. Mais avant tout, je me fais plaisir ! Oui, je l’assume aussi. J’aime décrire des scènes torrides que nombre d’entre vous aimeraient vivre ou ont vécu, dans leur vraie vie et non en fantasmant au travers des lignes d’un écrit imaginaire. Car en toute sincérité, que celui qui n’a jamais lu un texte érotique ou parcouru à la sauvette une bande dessinée sur le sujet lève la main.

© Sandra Celentano

Loin de moi l’idée de faire l’apologie du sexe dans la littérature ou de prôner ce genre plutôt qu’un autre. Faisant partie de la vie, le sexe est aussi une variable pour ne pas dire une constante dans tous les récits, quels qu’ils soient.
Je déteste l’hypocrisie de certains auteurs qui prennent un autre nom de plume pour signer des textes sulfureux car elle n’a d’égale que la même hypocrisie de celui qui affirme que ces livres-là sont juste bons pour les obsédés et hurle à qui veut bien l’entendre que lui n’en a jamais lu ! Bien sûr.

© Sandra Celentano

Alors parler de soumission, de domination, de fessée, de bondage mais aussi de bisexualité, d’homosexualité, de parties fines à plusieurs, non, je vous rassure, ce n’est pas une longue liste de maladies mortelles, ce n’est rien d’autre qu’évoquer la vie dans ce qu’elle a de plus secret ou caché.
Je publierai bientôt et si tout se passe bien, quelques nouvelles érotiques qui seront mises en vente via une plateforme de téléchargement. Et tenez-vous bien, j’en suis heureux et fier. Et si d’aventures, cela devait vous déranger et bien tant pis, on ne peut pas plaire à tout le monde.


© Sandra Celentano

Quoi qu’il en soit, dans mes textes érotiques, j’appelle les choses par leur nom, je fais vivre à mes personnages des fantasmes que beaucoup rêvent d’assouvir mais surtout, j’y mets du cœur, de la tolérance et de la compréhension. Vous avez bien compris que je ne supporte pas l’homophobie et toutes sortes de ségrégation, quelle qu’elle soit et d’où qu’elle vienne.

Je ne souhaitais pas vous convaincre mais bien expliquer ouvertement que je ne me cache pas et si vous appréciez mes textes érotiques, alors je vous en remercie et je n’espère qu’une chose : avoir suscité en vous du désir, peut-être même du plaisir mais surtout de la curiosité dans le respect et la liberté de chacun. »

Gilles Milo-Vacéri

© Sandra Celentano

■ ■ ■ 


EXTRAIT POÉTIQUE

L’ORCHIDÉE POURPRE
 
[...]
Puis discrètement, passer outre dentelle,
Entre lacets et voilures, glisser un doigt,
Qui visite l’intimité humide et charnelle,
De son Éden où se révèlent ses émois.

Puis timide et sage, entrer avec douceur,
Au noir de la grotte inondée de son désir,
Se faire l’hésitant et apeuré des visiteurs,
Allant et venant de concert à ses soupirs.

Offrir plaisir de bouche serait hommage,
À cette fontaine de jouvence s’y noyant,
Humer et se délecter de son suc en gage
Des extases folles comme marée d’océan.
[...]

Croisement de jambes
(Extrait)