mardi 27 novembre 2018

Mon's Livre 2018, un souvenir inoubliable !


Mon’s Livre 2018 restera gravé comme l’un des meilleurs souvenirs de ma modeste carrière et à bien des titres. Retrouver les collègues, mon éditrice, rencontrer des lectrices et des lecteurs belges, discuter avec des amis qui avaient fait le déplacement et, bien entendu, recevoir le premier prix du jury, ont fait de cette journée un moment riche et très intense en émotions.

Cliquer pour agrandir

La journée
Nous sommes partis de Normandie et la route a été cauchemardesque ! Brouillards et pluie en alternance. Nous avons vite retrouvé le Lotto Mons Expo et nous nous sommes précipités à l’intérieur où il y avait foule. Quel bonheur de retrouver le stand Élixyria, un an après ma première venue. J’ai à peine eu le temps de saluer les collègues et d’embrasser mon éditrice, qu’un membre de l’organisation me demandait de me tenir prêt pour la cérémonie.
Avant de monter sur la scène aménagée à cet effet, j’ai eu le plaisir de discuter avec quelques auteurs, ex-finalistes. En effet, si Africamorphose a fait l’unanimité auprès du Jury, le score était très serré d’après ce que l’on m’a dit. Au passage, c’était la première fois que le prix était décerné à un écrivain français, ce qui prouve encore une fois, l’ouverture d’esprit de nos amis belges. Ce fut un honneur de le recevoir des mains de Monsieur Elio Di Rupo, bourgmestre (maire) de Mons et ancien Premier Ministre de Belgique, un homme ouvert et très chaleureux. Ensuite, c’est Catherine qui m’a remis officiellement le prix de la part du comité d’organisation. J’ai pu faire un mini-discours pour remercier tout le monde et parler du livre, avant de boire une coupe de champagne en sacrifiant au rituel des photos, le tout dans une ambiance détendue et sympathique. Puis ce fut le retour au stand où j’ai pu dédicacer mon livre et échanger avec des lectrices et des lecteurs de la région. Un régal ! Ce salon a été aussi l’occasion de retrouver des amis, de discuter plus spécialement avec Laetitia et Didier, mes éditeurs, comme avec une amie auteur. Je vous en dis plus, ci-après. Vers 17 h 00, le départ s’annonçait déjà et nous sommes repartis, la tête remplie d’émotions.

Une saveur particulière
En effet, il y avait un an, je laissais mon éditrice qui entamait un long chemin des plus difficiles. L’an dernier, nous avions tous la gorge serrée au moment de nous dire au revoir. Je ne reviendrai pas sur la terrible épreuve qu’a subie Laetitia, mais elle s’est battue et a remporté une grande victoire. Un an après, mon livre qu’elle a édité, est primé et c’est cette valeur symbolique qui m’a le plus ému et que je souhaite mettre en avant. Cette récompense a été comme un cadeau de la vie et un clin d’œil du destin pour lui rendre hommage. Je l’ai dit lors de ma courte allocution, je le redis encore ici, ce prix est pour Africamorphose, mais il est aussi pour toi, Laetitia. Il a couronné ton combat et je pense que c’est un juste retour des choses…

Les rencontres
Déjà un grand merci à Nadège et Fred que nous avons retrouvés sur place ! C’est tout de même dingue… Ils habitent en Touraine, nous en Normandie et on se retrouve en Belgique. C’est quand même fort !
J’ai enfin eu le bonheur de faire connaissance avec Michel Fétu, un Frère d’armes qui demeure à Bruxelles et qui a fait la route rien que pour me voir. Bien entendu, c’était l’occasion de parler armée, forces d’intervention et OPEX. Bref, quand un commando de l’air rencontre un para, ça cause de choses bizarres… rires ! Mais pas seulement. On a aussi beaucoup échangé sur la littérature, les livres et de mon métier. Génial ! Michel, on se revoit quand tu veux.
Enfin et pas des moindres, j’ai retrouvé ma collègue Chrys Galia et nous avons eu une longue conversation sur la convergence thriller / romance. J’ai d’ailleurs acheté son livre Max et Marty (paru chez les Éditions Élixyria), pour me forger une opinion et pouvoir en rediscuter avec elle en tête-à-tête. Je l’ai pris les yeux fermés, car je connais sa plume, son talent et comme c’est un auteur qui a su rester humble malgré sa belle réussite, l’échange sera des plus constructifs. Un grand merci pour cette discussion.

En conclusion
C’est le titre de ce billet, Mon’s Livre restera un souvenir inoubliable, pour toutes les raisons que je vous ai exposées et si possible, je serai fidèle au rendez-vous l’année prochaine. Je terminerai sur des remerciements que j’adresse aux organisateurs du salon, au jury et à toute l’équipe qui œuvre dans l’ombre afin d rendre incontournable cet événement littéraire en Belgique et en Wallonie.

Mon’s Livre - Informations pratiques
Lotto Mons Expo
Avenue Abel Dubois
7000 - MONS (Belgique)

*
AFRICAMORPHOSE


Résumé
Karan, chirurgien quadragénaire, achève sa carrière militaire. Victime d’un grave accident, il sombre dans le coma. À son réveil, il découvre qu’il a perdu l’usage d’une main et qu’il ne pourra plus jamais opérer.
Lorenzo, le chauffeur du poids lourd impliqué dans l’accident, lui propose une mission en Afrique, ayant pour objectif la préservation des guépards. Karan, dépressif et anéanti, finit par accepter. Sa rencontre avec Kenza, généticienne, est explosive. Pourtant, ils vont devoir unir leurs efforts afin de convoyer un fret très précieux.
Des rivages de la mer Rouge, au cœur du Grand Rift jusqu’au lac Victoria, en passant par les plaines éthiopiennes où la faune et la flore ne sont qu’émerveillements, ils feront d’obscures rencontres, franchiront quantité d’obstacles et affronteront des dangers inattendus.
Un voyage sur les terres mystérieuses d’Afrique, ces territoires sauvages qui seront les témoins de la rédemption et de la renaissance d’un homme courageux.

La bande-annonce du livre
À visionner impérativement pour vous faire une bonne idée de ce qui vous attend dans ce roman.

Liens d’achat

Excellente fin de journée !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.