mercredi 28 janvier 2015

Cinquante... ?



MAIS NON ! Je ne parle pas de cette tragédie anglo-saxonne et de ses tristes déclinaisons grisâtres en guise d’érotisme farfelu... Aujourd’hui, je tourne l’aiguille du compteur d’un cran de plus ! Soupirs... Eh oui... Cinquante ans !


Quel rapport avec cette photo ? Mais voyons ! Je suis descendu exprès de mon yacht alors que j’avais jeté l’ancre au large de quelques îles paradisiaques. Je cherchais du wi-fi pour me connecter et partager quelques instants avec vous. Admettez que je pense à vous, non ?!
Cinquante ans... Bien, ça c’est fait ! Ce matin, en me rasant, j’ai jeté un coup d’œil plus attentif dans le miroir et apparemment, le reflet ne s’est pas trop fissuré. Le type que je regardais ressemblait à celui d’hier et des autres jours. Bof ! Pas de quoi s’affoler en quelque sorte. Mais cinquante ans quand même ! Heu... Exactement 18.262 jours d’existence, ça commence à faire, hein ?!
Désolé, je bouge un peu pour chercher de l’ombre... Fait trop chaud ici ! Ah voilà... C’est insupportable cette température, 35° à l’ombre c’est vraiment trop ! Et puis, ce sable blanc qui colle à l’huile de bronzage, manger du poisson grillé tous les jours sur la plage ou nager dans une eau à 28°... Le pire, ce sont les cocktails qui se réchauffent à une vitesse que vous n’imaginez pas ! La poisse, quoi... Ces voyages sont franchement insupportables !
Cela dit, vous devrez me supporter encore quelque temps, parce que je n’ai pas l’intention de renoncer à l’écriture et puis, malgré ce demi-siècle, je garde dans la tête suffisamment de délires et d’histoires pour les partager avec vous. Érotisme, polars, thrillers, historique... J’ai quelques dizaines d’idées en cours, d’autres en couveuse. Pas de soucis !

Bien, on oublie le rêve du yacht, le sable blanc et les cocotiers pour revenir à la triste réalité. N’empêche qu’en Provence, même s’il fait froid, le ciel reste bleu et le soleil brille. C’est comme dans ma tête, quelque part. Alors tout va bien.


Très belle journée !
Amitiés littéraires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Exprimez-vous ! Merci d'avance.